You’re Gonna Have a Good Time !
Bienvenue sur « Undertale Soul », inspiré du jeu du même nom. L'histoire se déroule après l'effacement du monde de la run génocide. Frisk l'a cepandant recréé(e) en échange son âme. Mais celui-ci a été profondémment altéré et des boulversements sont à venir...
N'hésitez pas à contacter le staff en cas de questions, nous nous ferons un plaisir de vous répondre dans les plus bref délai.
ReglementContexteRacesPrédéfinisPrésentationPartenariat
A savoir
# Forum OUVERT !
# N'oubliez pas de voter sur les top-sites afin de nous faire connaître !
# Il y a encore pleins de personnages du jeu disponibles !
Contexte
Again and again and again...Combien de fois cela s'était-il déjà produit ? Le temps s'écoulait puis revenait en arrière. Tous ce qui était construit était arraché et retournait à son état initial. Les actes commis... étaient oubliés.Frisk avait parcouru ce monde, maintes et maintes fois. Cela c'était toujours terminé bien. La barrière volait en éclat, ses amis gagnaient la surface. Mais alors pourquoi ? Pourquoi ce monde était toujours RESET au final ? Pourquoi, à chaque commencement, les choses allaient de plus en plus mal ? Pourquoi piéger ces âmes dans une éternelle boucle sans fin...Quelque chose devait-il être accomplit ? Est-ce un délire malsain ? Pourquoi cette âme humaine se corrompait petit à petit, de plus en plus. Et au fur et à mesure que son âme devenait plus puissante. Elle était remplit de DETERMINATION.C'est à partir de ce moment-là que les choses ont commencé à changer. Jamais une timeline n'avait connu autant de back-up. L'écoulement naturel du temps était sans cesse interrompu. Et plus il revenait en arrière, plus des anomalies apparaissaient. Les choses se passaient tous d'abords différemment, tantôt plus tôt, tantôt plus tard... puis des évènements inédits. Comme si le monde lui-même en avait marre d'être piégé dans cette même routine. Des monstres sont apparus à des endroits où ils ne devaient pas être.Les rares esprits qui étaient alors conscient de ce qui se passait devenaient de plus en plus nombreux. Des airs de déjà-vu. Des rêves troublants.Le temps commençait à se dérégler.Et cet humain continuait. And again and again... Cette distorsion du temps commençait à devenir dangereuse. Cet humain commençait à tuer de plus en plus de monstres. Ceux qui ont toujours cru en lui. Ceux qui l'on soutenu durant son combat final. Ceux qui l'on recueillit dans ces sous-terrains.Ses amis.Et ce jour fut venu. Ce jour où, lorsque l'éternel recommencement de la timeline avait débuté. Chaque monstre qui se dressait sur son passage était réduit en poussière. Jusqu'à qu'il n'en reste plus, nul part. Cet humain semblait de plus en plus instable. Était-ce encore Frisk ? Il ou elle n'était plus reconnaissable.Et en ce merveilleux jours, les fleurs n'ont plus éclos, les oiseaux n'ont plus chanté.Le monde fut effacé. ERASE.C'est alors que le temps qui s'était si emballé depuis toutes ces RESET fut stoppé. Brutalement. Qu'il ne restait plus rien a part cette âme d'humain si puissante. Plus qu'aucune jamais alors. Un monde brisé, froid, vide. Infertile. Obsolète.Frisk vendu alors son âme, investit toute sa puissance pour le faire revivre une fois encore.Mais ce monde était tellement affecté par toutes ces distorsions du temps qu'il ne fut plus jamais le même.Des évènements allaient se passer, des évènements différents, des évènements surprenants.Mais allaient-ils le mener une fois de plus à sa perte ?
Evénements
#Evacuation de l'Underground vers New Home !
#Mini-event (hors timeline) CLUB d'art !
A great partner
We will be together forever.

[Flashback solo] I cannot save even a single child.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Act :: Les ruines
MessageSujet: [Flashback solo] I cannot save even a single child. Mer 28 Sep - 23:42

Errant dans la pénombre, une imposante silhouette faisait sa promenade journalière. Les ruines étaient sombres mais peu importe, elle avait fini par les connaître par cœur. Les yeux fermés elle pouvait aisément s'y promener, dansant avec les ténèbres de ces lieux clos. Après tout, c'était devenu son second foyer et les monstres qui vivaient ici étaient sa nouvelle famille. Elle prenait grand soin de chacun, les soignant et les protégeant. On fini par la surnommer « la gardienne des ruines » car elle n'hésitait pas à les aider sans jamais rien demander en retour.

C'était leur bonheur avant le sien. Jamais ils ne l'avaient entendue se plaindre. Jamais ils ne l'avaient vue se montrer méchante. Elle faisait son maximum pour leur rendre la vie plus belle. Une petite faim ? Pas de problème, la voilà qui leur cuisinait une délicieuse tarte. Un petit bobo ? Elle les soignait et calmait leur chagrin d'une étreinte apaisante. Toujours aimable et aimante. Mais son sourire tendre était faux, creux. Tout ce qu’elle faisait, elle le faisait pour eux. Vivait-elle vraiment ? Parfois ils se le demandaient.

Les jours se ressemblaient tous. La Boss Monster se baladait dans les ruines jusqu'à la tombe du petit humain qu'elle avait ramené avec elle lors de son arrivé. Là, elle s'occupait des fleurs qui la parsemait, attendait quelques temps puis repartait sans mot dire avec toujours le regard brouillé d'une profonde mélancolie. Si l'un des habitants lui demandait ce qu'il se passait, elle affichait un doux sourire tout en lui tapotant la tête affectueusement mais jamais elle ne répondait.

Les jours, semblables et mornes se succédaient. Une routine c'était installée et aucun monstre ne la brisa. Ce fut une toute autre créature qui changea cela. Était-ce un beau matin ou en pleine journée ? Ils ne s'en souvenaient plus. Mais ce qui est sur, c'est que la Mamonstre ressorti de la salle  accompagnée. Sa grande main tenait celle, minuscule, d'un enfant humain.

Son visage et son âge furent bien vite oubliés mais ce qui les marqua furent son ruban bleu ciel et son couteau en plastique. L'enfant fut recueilli par Toriel qui s’en occupa du mieux qu'elle put.

Quelque chose changea en elle, ce sourire fané qu'elle arborait depuis son arrivé semblait soudainement devenir plus authentique. La routine se brisa et les rires de l'enfant résonnaient dans toutes les ruines. La fraîcheur de cet être apporta un air vivifiant dans ces lieux qui sentaient la nostalgie et le renfermé.

Ce qui marqua aussi les habitants fut la grande patience dont semblait empli l'enfant. Il savait attendre. Posément. Sagement. Toriel ne manqua pas de le féliciter pour ses bonnes manières à ce sujet. Mais c'est aussi ce trait de caractéristique qui la blessa le plus. Lorsque l'être humain usa de toute sa patience et profita du fait qu'elle avait baissé sa garde pour s'enfuir.

Quel choc se fut pour la Mamonstre que de retrouver le lit vide. La peur la gagna. Tant de questions tournaient dans sa tête ? Où était-il passé ? Comment avait-il pu passer sans qu'on ne s'en aperçoive ? Allait-il bien là où il était ? Mangeait-il à sa faim ? Mais surtout pourquoi l'avait-il quitté ? Elle pensait pourtant avoir fait tout ce qui était en son pouvoir pour le garder heureux et en bonne santé. Était-ce dut au fait qu'il avait apprit que les monstres étaient enfermés et qu'il voulait les aider ? Elle ne savait pas trop. Tous les jours, elle pria pour la sûreté de l'enfant. Même lorsque les autres monstres avaient perdu tout espoir, elle resta là les mains jointes dans une prière silencieuse. Y mettant tout son cœur, toute sa volonté.

Mais cela ne suffit pas. Elle le comprit quand les araignées des ruines lui apportèrent le couteau et le ruban du défunt. Les mains tremblantes, elle fixa d'un air absent les possessions. Ses possessions. Elle n'avait pas été capable de le sauver. Un autre échec. Cette morbide constatation résonnait dans sa tête et lui donnait la nausée. Le calme se fit. Lourd. Angoissant. Personne n'osa ni parler ni bouger. Tous regardait avec crainte l'ancienne reine.

Statufiée, elle resta dans cette transe pendant un bon moment. Puis un hurlement d'agonie résonna. Sa peine s'échappait de ses lèvres. Son cri déchirant exprimait toute la douleur qu'elle pouvait ressentir en cet instant. Elle venait de perdre un autre enfant.

Ce destin impur, ça ne lui suffisait pas de lui arracher son Soleil et sa Lune, le voilà maintenant qu'il lui réclamait ses étoiles ?!? Son chagrin était immense. Mais un autre sentiment s'y mêla. Bien plus sournois. Plus malsain. La colère. Une colère froide et venimeuse s'insinuait en elle et se concentrait vers un seul et unique monstre : Asgore. Par dépit, elle lança le morceau de tissu délavé dans un trou et abandonna le jouet dans un coin non loin de sa maison. Les araignées décidèrent qu'à l'avenir si un autre humain devait mourir, elles ne lui ramèneraient plus leurs restes.

Malgré toute sa peine, ses protégés l'aidèrent à se relever et petit à petit, il lui pansèrent ses plaies. Pour la première fois depuis son arrivée, c'était à eux de s'occuper d'elle mais malgré tout l'amour qu'ils lui donnèrent, malgré toute la compassion qu'ils tentèrent de lui rappeler, l'âme de Toriel ne put cicatriser cette nouvelle fissure.

Toutefois, ils l'aidèrent à retrouver de timides sourires et à pardonner au roi son geste désespéré.

Cette joie fragile explosa le jour où elle fit la rencontre détonante avec une nouvelle âme humaine. Un enfant au cœur brave habillé d'un bandana orange et de gants abîmés. Il était assez impulsif mais tellement attachant. Il voulait, lui aussi, aider les monstres et elle tenta l'en dissuader. Un combat se déclencha et c'est avec toute sa bravoure qu'il la vainquit, frappant de toutes ses forces avec un poing qui résonna à coté de son visage, juste sur la porte qu'elle tentait de garder. Le cœur serré, elle le laissa partir. Il avait prouvé sa force. Mais cette force ne suffit pas à le sauver. Elle apprit bien plus tard son trépas. Une nouvelle fêlure.

Une troisième âme tomba, elle aimait à danser et s'amusait à virevolter au son des douces chansons de la Mamonstre. Ses ballerines et son vieux tutu bleu valsaient à un rythme endiablé. Mais l'enfant connu son chant du cygne un peu plus tard, en chemin pour trouver la sortie de l'Underground. Toriel apprit bien plus tard qu'il était mort dans Waterfall. Mais quelque chose choqua les monstres des ruines : la réaction de leur gardienne. Loin de hurler à pleins poumons comme elle l'avait fait au préalable, elle se terra dans un mutisme entrecoupé de rares sanglots. Toutefois, sa peine demeurait gravée sur son visage. Une nouvelle cicatrice sur son âme apparue.

Elle découvrit une nouvelle âme alors qu'elle se promenait, n'attendant plus rien des jours tristes et mornes qu'était devenue sa vie. Son sourire subsistait, moins spontané mais toujours présent pour les petits monstres inquiets. L'humain resta un bon moment avec elle, comme s'il l'étudiait. Son calepin et ses grosses lunettes violettes s'animaient au rythme de ses gestes lorsqu'elle conversait avec lui, qu'elle lui partageait son savoir. Ils se découvraient un peu plus chaque jour, apprenant à se connaître. Mais la persévérance de l'humain lui permit de lui échapper. A force d'énigmes, il réussi à attirer loin de lui son attention et il s'enfuit. Cette fois la Mamonstre ne réagit presque pas à l'annonce de sa mort. Elle était comme perdue. Si lointaine. Son âme se déchira un peu plus.

Elle connu l'enfant de la gentillesse alors qu'elle venait de terminer une tarte. Peut-être était-ce l'odeur alléchante de la pâtisserie en train de cuire qui l'attira ? En tout cas, elle l'invita à l'aider à cuisiner. Sa présence et sa bonté semblèrent apaiser quelque peu le cœur meurtri de la gardienne des ruines mais ses précédentes expériences l'avaient trop meurtrie. N'étant plus maîtresse de ses émotions, elle effraya tout simplement l'enfant qui s'enfuit à toute hâte et jamais elle ne revit ni la petite poêle ni le minuscule tablier vert. L'âme de la vieille monstre fut blessée une nouvelle fois. Aucune parole réconfortante, aucun geste de soutien de la part des autres pensionnaires ne surent la toucher. Elle était brisée au delà du réparable. Errant sans volonté aucune.

Un autre enfant tomba, habillé d'un énorme chapeau de cow-boy jaune et d'un pistolet. Avide de justice, il ne séjourna pas longtemps dans la maisonnette de Toriel. Son souhait était de pouvoir les aider à sortir de l'Underground. Elle ne l'en empêcha pas mais son âme fut une nouvelle fois brisée lorsqu'elle apprit son trépas.

Tout ceux en qui elle s'accrochait finissaient irrémédiablement par mourir. Qu'avait-elle fait pour mériter pareille vie ? Ses espoirs. Ses rêves. Elle les avait peu à peu perdus. Tout comme ses émotions. Envolés. Son cœur morcelé était désormais prisonnier d'une armure de glace. Elle ne ressentait plus rien si ce n'est une profonde tristesse et une colère froide à l'encontre de celui qui fut jadis son amour. Ses yeux vides d'expression effrayaient ceux qu'elle avait jadis promis de protéger. Peut-être était-ce mieux ainsi. Elle resterait seule, c'était la meilleure des solutions.

Elle acceptait sa nouvelle vie de recluse. Embrassant les ténèbres qui l'entouraient dorénavant, elles deviendraient les seuls compagnons de sa misérable existence. Le froid glaçait son être... ou peut-être était-ce les courants d'air qui s'échappaient d'entre les portes des ruines. Elle s'en approcha doucement et posa l'une de ses mains griffues dessus. C'est là qu'elle cru entendre quelqu'un parler. Une voix derrière cet imposant portail. Ou peut-être qu'elle l'avait rêvé... Après tout, qui serait assez fou pour faire des blagues à une vieille porte ?
... I cannot save even a single child.







Badges de la Mamonstre:
 

avatar

Items
LV: 1
HP, ATK, DEF:
Items:
MaMonstre
MaMonstre
Voir le profil de l'utilisateur
Ligne directrice : neutre bon
Messages : 120
GOLD : 9200
Date d'inscription : 12/08/2016
Revenir en haut Aller en bas
[Flashback solo] I cannot save even a single child.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undertale : Soul :: Act :: Les ruines-
Sauter vers: