You’re Gonna Have a Good Time !
Bienvenue sur « Undertale Soul », inspiré du jeu du même nom. L'histoire se déroule après l'effacement du monde de la run génocide. Frisk l'a cepandant recréé(e) en échange son âme. Mais celui-ci a été profondémment altéré et des boulversements sont à venir...
N'hésitez pas à contacter le staff en cas de questions, nous nous ferons un plaisir de vous répondre dans les plus bref délai.
ReglementContexteRacesPrédéfinisPrésentationPartenariat
A savoir
# Forum OUVERT !
# N'oubliez pas de voter sur les top-sites afin de nous faire connaître !
# Il y a encore pleins de personnages du jeu disponibles !
Contexte
Again and again and again...Combien de fois cela s'était-il déjà produit ? Le temps s'écoulait puis revenait en arrière. Tous ce qui était construit était arraché et retournait à son état initial. Les actes commis... étaient oubliés.Frisk avait parcouru ce monde, maintes et maintes fois. Cela c'était toujours terminé bien. La barrière volait en éclat, ses amis gagnaient la surface. Mais alors pourquoi ? Pourquoi ce monde était toujours RESET au final ? Pourquoi, à chaque commencement, les choses allaient de plus en plus mal ? Pourquoi piéger ces âmes dans une éternelle boucle sans fin...Quelque chose devait-il être accomplit ? Est-ce un délire malsain ? Pourquoi cette âme humaine se corrompait petit à petit, de plus en plus. Et au fur et à mesure que son âme devenait plus puissante. Elle était remplit de DETERMINATION.C'est à partir de ce moment-là que les choses ont commencé à changer. Jamais une timeline n'avait connu autant de back-up. L'écoulement naturel du temps était sans cesse interrompu. Et plus il revenait en arrière, plus des anomalies apparaissaient. Les choses se passaient tous d'abords différemment, tantôt plus tôt, tantôt plus tard... puis des évènements inédits. Comme si le monde lui-même en avait marre d'être piégé dans cette même routine. Des monstres sont apparus à des endroits où ils ne devaient pas être.Les rares esprits qui étaient alors conscient de ce qui se passait devenaient de plus en plus nombreux. Des airs de déjà-vu. Des rêves troublants.Le temps commençait à se dérégler.Et cet humain continuait. And again and again... Cette distorsion du temps commençait à devenir dangereuse. Cet humain commençait à tuer de plus en plus de monstres. Ceux qui ont toujours cru en lui. Ceux qui l'on soutenu durant son combat final. Ceux qui l'on recueillit dans ces sous-terrains.Ses amis.Et ce jour fut venu. Ce jour où, lorsque l'éternel recommencement de la timeline avait débuté. Chaque monstre qui se dressait sur son passage était réduit en poussière. Jusqu'à qu'il n'en reste plus, nul part. Cet humain semblait de plus en plus instable. Était-ce encore Frisk ? Il ou elle n'était plus reconnaissable.Et en ce merveilleux jours, les fleurs n'ont plus éclos, les oiseaux n'ont plus chanté.Le monde fut effacé. ERASE.C'est alors que le temps qui s'était si emballé depuis toutes ces RESET fut stoppé. Brutalement. Qu'il ne restait plus rien a part cette âme d'humain si puissante. Plus qu'aucune jamais alors. Un monde brisé, froid, vide. Infertile. Obsolète.Frisk vendu alors son âme, investit toute sa puissance pour le faire revivre une fois encore.Mais ce monde était tellement affecté par toutes ces distorsions du temps qu'il ne fut plus jamais le même.Des évènements allaient se passer, des évènements différents, des évènements surprenants.Mais allaient-ils le mener une fois de plus à sa perte ?
Evénements
#Evacuation de l'Underground vers New Home !
#Mini-event (hors timeline) CLUB d'art !
A great partner
We will be together forever.

Un lieu rempli de réconfort. || feat. Toriel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Act :: Les ruines :: Maison de Toriel
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
MessageSujet: Re: Un lieu rempli de réconfort. || feat. Toriel Sam 10 Sep - 15:42
Un lieu rempli de réconfort.||feat. Toriel Il/elle aurait dû se taire, c'est une évidence... il/elle ne voulait pas faire du mal à Toriel. Mais il faut croire qu'un humain n'était bon qu'à ça, qu'à faire souffrir, quoi qu'il dise, même quand il souhaite profondément faire le bien, il fera obligatoirement du mal. Frisk n'osa plus regarder la Mamonstre, fixant ses pieds, c'était trop douloureux, ou bien c'était la honte de voir les conséquences de ses paroles. Il/elle ne voulait pas la voir pleurer, ce n'était pas de l'indifférence ou du déni, c'était simplement cette façon de garder de la distance. Peut-être que ça ferait moins mal à Toriel de laisser partir un enfant qui la fait souffrir après tout? Mais cette idée de plaisait pas à l'enfant. Il/Elle se contentait d'être silencieux, ne plus rien dire, au risque d'aggraver la situation, sans bouger de sa position sur le lit.

L'enfant écouta les paroles de Toriel, jusqu'à l'entendre se lever et sortir de la chambre. Normalement, c'était à cet instant que Frisk s'endormait d'épuisement, mais il n'était clairement pas le moment de dormir, oh non. Et même s'il/elle avait essayé, le sommeil aurait risqué d'être plutôt difficile. Il/elle fini par se relever, toujours enveloppé dans la serviette, le temps lui était une fois de plus compté. Frisk regarda une fois de plus les vêtements d'enfant que la Mamonstre avait sortit. Si il/elle atteignait son objectif, ces vêtements auraient à nouveau la chance d'être porté par leurs propriétaires, et non pas par... une erreur. Donnant un derrière regard autour de la chambre, l'enfant se dirigea à pas léger vers la porte pour l'ouvrir, doucement, s'assurant que Toriel n'était pas dans le couloir. Une fois cette chose assurée, il/elle sortie pour aller dans la chambre de la Mamonstre, l'idée de Frisk était devenu plus clair. Il fallait expliquer d'une manière ou d'une autre la situation, sans pour autant, trop en dire, lui faire peur ou l'inquiéter, ou encore sans lui donner non plus de faux espoir. La rassurer, juste la rassurer, peut-être que des mots écrits seraient moins douloureux que les paroles de l'enfant. Il/elle ne pouvait pas lui expliquer ça en face à face.

Refermant doucement la porte de Toriel derrière lui, il/elle se dirigea vers le bureau, prenant de quoi écrire et du papier. Certes, Frisk n'était pas un écrivain hors paire, il/elle était même encore très maladroit en écrivant, mais peut-être qu'ils seraient moins maladroit que ses dires. Donc l'enfant commença à écrire, essayant de faire attention à ses lettres, boucles... que c'est difficile d'écrire franchement... un dessin était plus simple parfois, mais les adultes sont parfois simplet, ils font pas la différence quand on dessine un chien et un cheval.

Toriel, faut pas être triste.
Tout vas bien se passer, je promet.
J'ai fait beaucoup de mal, mais c'est fini.
Je veux aider, mais je peux pas faire ici.
Je ferais attention et je promet de plus faire mal à personne.
Mais s'il te plait, ne soit pas triste.
Ça sera comme avant pour que tu sois à nouveau contente.
On reviendra tous, tout le monde sera content ici comme ça.
Je t'aime beaucoup Mamonste.
Et merci pour tout.
Signé : Frisk.



C'était assez maladroit, mais l'intention y était sincèrement. Frisk reposa le crayon et prit la feuille avec lui. Il/elle sortit doucement de la chambre de la Mamonstre, et retourna à petits pas dans la chambre d'enfant. Ce n'était pas le moment pour montrer cette lettre, ce serait que plus tard, quand Toriel ne se douterait de rien, quand elle sera calme et paisible, alors là oui, il/elle pourra mettre cette lettre en évidence pour qu'elle la trouve, et partir vers la porte avant que cela arrive. L'enfant n'avait pas trouvé de meilleur solution pour éviter des dégâts en plus. Et il/elle ne voulait pas lui dire directement, elle poserait des questions, trop de questions, ce serait autant douloureux pour elle que pour Frisk.

Il/elle ignorait par contre combien de temps c'était écoulé, c'est que tout de même, écrire pour un enfant n'était pas chose aisé. Il fallait du temps, trouver ses mots, réussir à bien l'écrire... les adultes sont vraiment plus doués. Frisk alla cacher la lettre sous le lit, puis se ressortit de la chambre dans un pas plus naturel, se dirigeant vers le salon. Dire que l'odeur de la tarte n'avait pas titillé son estomac, aurait été un gros mensonge. Il/elle posa son regard vers la Mamonstre qui s'affairait à réparer les affaires de l'enfant, elle était bien trop gentille... Frisk eut un pincement au cœur, sachant pertinemment, que si elle savait la vérité, ça en serait autrement. L'enfant se dit, qu'il faudra rendre ce qu'il/elle a écrit, plus clair pour la Mamonstre, il/elle est resté dans le vague, mais ce n'était pas le bon moment, c'était trop tôt, mais l'enfant avait la DETERMINATION, il/elle s'en voulait pour tout ce qu'il/elle avait osé faire, mais il fallait aussi assumer ses actes, il/elle l'avait fait...

Frisk s'avança un peu plus, toujours enroulé dans la serviette, et se mit sur la pointe des pieds pour mieux voir ce qu'elle faisait, comment les adultes pouvaient avoir la patience pour de tel travaux?

*Tu es forte Toriel... ils vont avoir l'air neuf.

Et cela va sans dire que la Mamonstre n'était pas seulement forte pour le tricot...

© 2981 12289 0
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un lieu rempli de réconfort. || feat. Toriel Mar 13 Sep - 21:35

Passe et repasse. L'aiguille voyageait entre les mailles du pull, raccrochant les morceaux séparés par le destin. Vite ! Vite ! Avant que l'enfant ne se réveille ! Lui faire une bonne surprise. Toriel était absorbée dans sa tache c'est pourquoi elle ne vit ni n'entendit l'humain arriver... Du moins jusqu'à ce que ce dernier ne prenne la parole. Elle en fut surprise et se piqua le bout d'un de ses doigts griffus. Une perle carmin apparue là où l'aiguille l'avait transpercée. Petite boule couleur vie maculant le pelage blanc.

[Toriel perd 1PV]

« - Oh mon enfant ! Tu m'as surprise. Est-ce que tu t'es bien reposé ? »

Elle porta son doigt meurtri à sa bouche pour « soigner » la blessure tout en gardant un sourire amical, écoutant la réponse de l'humain. Les compliments bien que simplets touchèrent énormément la Mamonstre. Même si c'était maladroit, même si c'était enfantin, ce n'en restaient pas moins des paroles qui venaient du cœur. Sincères. Innocentes. Après tout, ne dit-on pas que la vérité sort de la bouche des enfants ? Elle retira son doigt de son pansement de fortune. Reprenant tranquillement son ouvrage. Plus que quelques points et le vêtement pourrait reprendre sa place originelle sur les épaules du petit humain.

« - Merci Frisk. C'est très gentil de ta part. Je suis contente que cela te plaise... »

Elle attendit quelques instants avant de continuer sa phrase. Coupant le morceau de fil qui lui avait servi pour rapiécer les tissus.

« - Je vais chercher ta surprise, elle est sûrement refroidie maintenant. Tu peux te rhabiller si tu veux en attendant. »

Elle lui tendit alors les vêtements recousus, secs et propres pour finalement se lever en direction de la cuisine. La tarte était enfin prête ! Ils allaient pouvoir se régaler. Elle retira deux assiettes de son étagère et les déposa sur la table de cuisine. Désormais, elle pouvait s'attaquer à la pâtisserie ! Découpant deux grosses parts dans le gâteau, bien généreuses, elle les déposa sur chacune des deux auges et y ajouta une cuillère. La tâche accomplie, elle sorti enfin de la pièce, déposa son fardeau sur la table et alla chercher un livre qu'elle déposa sur l'accoudoir. Les mains finalement libres, Toriel put récupérer les deux assiettes et retrouva son cher fauteuil, accueillant l'enfant sur ses genoux.

« - J'espère qu'elle te plaira. »

C'est sur ces bonnes paroles que la gardienne commença à manger sa part. Ses mouvements étaient gracieux, lointains souvenirs et restes de sa vie de reine. Oui, malgré toutes ces années et loin du château, elle n'avait pas perdu certaines habitudes.

[Toriel mange la tarte beurre-cannelle et récupère 1 PV]

La pâtisserie terminée, elle se pencha sur l'ouvrage qu'elle avait récupéré plus tôt et conta l'histoire à l'enfant. Un conte léger et divertissant. Parfait pour un jeune auditoire. Sa voix était calme et douce. Semblable à celle d'une mère racontant une histoire à son enfant le soir afin de le bercer. Le mener au doux pays des songes de la plus apaisante des manières. D'une main elle tournait les pages et de l'autre elle passait tendrement sa main griffues dans les touffes châtains de son protégé. Il se faisait tard et elle tentait de le bercer pour aller le coucher. Après tout, il était encore si jeune et avait besoin de sommeil... C'est ainsi qu'elle se mit à fredonner une nouvelle berceuse, rien que pour son petit humain.

Un lieu rempli de réconfort.







Badges de la Mamonstre:
 

avatar

Items
LV: 1
HP, ATK, DEF:
Items:
MaMonstre
MaMonstre
Voir le profil de l'utilisateur
Ligne directrice : neutre bon
Messages : 120
GOLD : 9200
Date d'inscription : 12/08/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un lieu rempli de réconfort. || feat. Toriel Sam 17 Sep - 1:24
Un lieu rempli de réconfort.||feat. Toriel L'enfant sursauta en voyant Toriel se blesser avec l'aiguille. Bon sang, peu importe ce qu'il/elle faisait, les personnes autour de lui étaient toujours blessés par sa faute... Est-ce que ce cercle vicieux ne pourrait jamais prendre fin? Le silence envahit le petit être qu'était Frisk, qui se contentait de regarder la Mamonstre dans un certain calme, bien que son regard était désolé pour cette blessure. Pour lui, il n'y avait pas de grosses ou petites blessures, il n'y avait ... que des erreurs. S'en devenait, trop... il fallait qu'il/elle parte, il/elle devait vite régler tout cela, que ça se termine, et bien cette fois, bien pour tous ceux de l'Underground, ils le méritaient...

Frisk qui avait continué d'observé Toriel, ses gestes si précis avec des mains pourtant si immenses, puis il/elle avait tendu les bras vers ses affaires rapiécés, soufflant un petit merci. Toriel était vraiment trop gentille, ou follement triste pour en venir à faire de tel effort pour un strict inconnu... Trop bonne, mais ça changerait entièrement si elle voyait le vrai visage de l'enfant... ce visage tellement immonde du GENOCIDE. Il/elle secoua doucement la tête, enfouissant son nez dans les vêtements propres, en profitant de l'odeur, se demandant c'était quand la dernière fois qu'il/elle avait eu la chance de sentir une odeur de linge propre lavé par une gentille maman? Mais l'enfant fini par laisser tomber la serviette, sans se préoccuper encore une fois du principe de pudeur, il/elle remit calmement ses affaires, sautillant sur une jambe l'espace d'un instant en remettant son short, manquant tomber au sol, mais de peu seulement, c'était moins une. Toriel avait vraiment fait un travail "monstre", il/elle avait l'impression de ne plus avoir revu ses affaires dans un état aussi propre depuis très, très, longtemps.

Secouant vaguement ses cheveux, il/elle regarda Toriel revenir avec les parts de tarte, qui laissaient encore les deux êtres profiter de leurs douces odeurs. Mais un pincement au cœur traversa pris brutalement l'enfant. Est-ce que... ça sera cette fois-là, la dernière fois qu'il/elle pourrait avoir la chance de manger cette tarte?

*Elle sent très bon... elle ne peut qu'être bonne.

Il/elle s'avança, pour venir sur les genoux de la Mamonstre comme elle semblait lui proposer, laissant transparaitre un faible sourire paisible et de confort de cette situation. L'enfant pris la part de tarte restante et prit une bouchée, non sans gourmandise enfantine, appréciant réellement la pâtisserie. Il/elle voulait en plus, vraiment profiter du moment... ce serait peut-être, voir, sans doute, le dernier avec Toriel, dans ce lieu, avec ce plat. Mais l'enfant n'avait pas le choix... enfin si... mais l'autre choix était tout sauf le bon à ses yeux, il/elle ne pouvait pas rester sans rien faire. Mais il/elle s'efforça de ne pas penser à cela, il/elle voulait profiter de cet instant, pour Toriel, pour éviter qu'elle soit trop triste. Frisk espérait que la lettre qu'il/elle avait écrit, aurait un effet positif pour la Mamonstre.

*C'est très bon, Toriel.

Tout en finissant la part de tarte, Frisk écouta attentivement l'histoire de la Mamonstre. C'était paisible, ce genre d'instant était si rare, mais il/elle ne méritait pas d'avoir autant de gentillesses. Est-ce que l'enfant pouvait profiter de cet instant, sans culpabiliser? Ce n'était pas à lui après tout, d'être ici, mais à Asriel, et Chara. Frisk était au final, rien de plus qu'un remplaçant pour un court temps, un temps que sans doute, les monstres d'Underground n'auraient aucun souvenir. C'est vrai... est-ce que Asriel se souviendrait de cela si on arrivait à le ramener à son état normal? Et Chara...?... Frisk se retrouverait seul dans cette situation... c'était sans doute mieux pour eux.

Frisk fini par se poser contre la Mamonstre, l'écoutant encore. Elle ne pouvait pas savoir que l'enfant avait déjà dormi un long moment, peut-être même quelques heures, au près de Flowey, avant de venir ici. Il/elle ne risquait pas de s'endormir à présent, et ce serait une aide pour le plan que voulait mettre en place l'Humain, bien que ça sous-entendait, de jouer la comédie au près de Toriel, c'était, comme mentir... encore. L'enfant ferma doucement les yeux, profitant encore des douces paroles rassurantes de la douce Mamonstre. Tandis qu'après quelques instant, l'enfant sentit son corps être soulever avec attention et douceur, pour être transporté jusqu'à la chambre d'enfant, et être bordé avec douceur dans le lit et les draps. Quand il/elle entendit la porte se refermer avec lenteur, dans un son proche du sourd, l'enfant ouvrit les yeux. Tout n'était qu'une question de patience, il/elle ne pouvait pas sortir de suite, il fallait attendre, Toriel était quelqu'un d'attentionné, sans doute qu'elle allait avant ranger les assiettes, dans lesquelles ils avaient manger leur part de tarte. Possible qu'elle rangerait le reste de la tarte en prévoyant qu'ils le mangeraient tout deux le lendemain, et cette nouvelle pensée faisait souffrir l'enfant. Il/elle restait ensuite concentré, entendant une porte se fermer, lui semblant proche de la chambre, est-ce que la Mamonstre avait enfin décidé d'aller dormir? C'était donc l'instant de partir.

La petite chose se glissa hors du lit, restant en chaussettes, et se baissa pour récupérer ses petites chaussures et la lettre qui se trouvait sous le lit. Dans des pas légers et enfantin sur la pointe des pieds, il/elle se dirigea vers la porte de la chambre, pour l'ouvrir le plus silencieusement possible et la referma dans le même mouvement silencieux. L'enfant se pencha pour laisser la lettre devant la porte, en évidence, espérant du fond du cœur, avec sincérité, qu'elle permettrait à la Mamonstre de ne pas être triste, ou du moins, à comprendre. Il/elle regarda vers la porte de Toriel, inspirant profondément avant de se diriger à petits pas dans le couloir, gardant ses chaussures en mains, et se dirigeant vers escaliers en les descendant. Il n'y avait plus de temps à perdre, même si c'était douloureux, même si Frisk s'en voulait, il fallait que l'Humain le fasse. Une fois en bas des escaliers, il/elle se pencha pour mettre les petites chaussures, le plus rapidement qui lui était possible. Après avoir lutté quelques instants, l'enfant se mit à trottiner le long de ce couloir, sans se soucier du possible bruit, se disant qu'il ne serait pas audible là-haut.

L'enfant fit après plusieurs pas, face à la première grande porte. Il/elle se mordit un peu les lèvres en inspirant profondément, revoyant la scène d'horreur passer en boucle dans son esprit, comment il/elle avait osé faire ça? Lui faire du mal à elle? Comment? ... l'enfant l'ignorait... il/elle pensait simplement... que ce serait une solution pour une réponse... Frisk sentit une larme couler le long de sa joue alors qu'il secoua un peu la tête pour tenter de chasser ces souvenirs de son esprit, sans résultat. Son corps était légèrement tremblant, et il/elle alla vers la porte pour commencer à la pousser, qui allait lui demander un petit moment pour réussir à l'ouvrir, avec ses petits bras et sa petite force.

© 2981 12289 0
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un lieu rempli de réconfort. || feat. Toriel Dim 18 Sep - 16:59
Un lieu rempli
de nostalgie




« Les bons souvenirs sont des bijoux perdus. »
*

Stop!! Arrête ça!

Sa vie. Sa vie descendait à vue d'oeil. Il n'aurait jamais penser qu' "elle" était aussi forte...il réalisait à présent la puissance d'un boss monster. Il était impressionné, il aurait tellement voulu lui dire qu'il était fier d'avoir une mère telle qu'elle, qu'il était sûr qu'avec une telle puissance elle pourrait surmonter n'importe quel obstacle, qu'un jour tout finirait par s'arranger. Ses statistiques, c'était impressionnant. Et elle continuait à l'attaquer pour l'empêcher de poursuivre sa route, pour l'empêcher de sortir des ruines. Et il subissait encore et encore les attaques, il commençait à paniquer, il avait essayer de lui parler, cela n'aidait en rien, l'épargner semblait être inefficace alors que restait-il? L'attaquer? Il ne voyait que ça...NON! Il ne pouvait pas! Bon sang encore une attaque de plein fouet! Golly encore une attaque et c'est la mort.

*MAMAN ARRÊTES CA! JE NE VEUX PAS ME BATTRE CONTRE TOI!

Qu'avait-il fait....? Qu'avait-il dit? Voilà que la reine semblait le regarder avec une expression particulièrement choqué alors que les flammes au creux de ses mains s'estompaient. Non. Pas ses larmes. Il ne veut pas les voir. Il ne veut plus les voir. Cela lui a échapper, quel imbécile. Il n'a plus qu'à.....recommencer.

CLOSE THE GAME AND CONTINUE


Fichu trashbag! Lui faire perdre ainsi son temps! Avait-il raté l'arrivée de Frisk? Visiblement non, la porte était encore fermée, ouf. Il aurait été très irrité si à cause de ce stupide squelette il avait manqué l'humain. A présent, tout n'était qu'une question de temps, Flowey était patient même si les récents évènements avait remplacé sa lassitude par davantage d'enthousiasme, il en oublierait presque la timeline d'avant. Mais ça, c'était impossible. Alors il en profitait pour réfléchir à tout ce qu'il avait appris jusqu'à aujourd'hui, à tout ses plans futurs, il avait tant d'idées, tant d'hypothèses, tant de solutions possibles maintenant. A force de resets, il avait appris à voir tellement plus loin que le chemin tracé qu'avait à offrir le jeu, il faut croire que l'ennui et la solitude pouvait vous poussez à sortir des sentiers battus d'une drôle de façon. Bien sûr, il était également prêt à ce que tout ne se déroule pas comme prévu mais est-ce que cela ne rendait pas justement le jeu plus excitant? Que ses personnages ne fassent pas exactement ce à quoi il s'attendait prouvait qu'il leur restait au moins une dose d’imprévisibilité et qu'il devrait leur reconnaître un minimum d’intérêt, alors peut-être pourrait-il encore jouer avec eux.

Des pas. Des petits pas. Il était enfin là. Au niveau du timing il devait être presque bon, il avait dû probablement attendre une vingtaine de minutes, c'était tout de même autre chose que la première fois...oh bon sang que cela avait été long surtout qu'il avait été retenu par Toriel qui l'avait ensuite combattu. Là, l'attente se comptait en heures pas en minutes. Il est...seul? Oooh? Alors il aurait réussi à fausser compagnie à la gardiennes des ruines? Hmm....Flowey était sceptique vu le peu qu'il en avait vu de leurs échanges et ce qu'il s'était passé avec la fenêtre. Il devait rester sur ses gardes car Frisk devait davantage se préoccuper d'avancer et de sortir le plus vite possible d'ici que de se demander si Toriel ne jouait pas la comédie. Le bruit s'était arrêter, il devait être face à la porte à present et bientôt ses pensées furent confirmées par le bruit de la porte que l'on poussait....mais celle-ci bougeait à peine. Bien entendu, on parlait ici d'un enfant et en plus de Frisk, qui devait probablement encore vouloir racheter ses erreurs en ne tuant personne cette fois. Long. L'enfant allait finir par abandonner à ce rythme là, la porte ne bougeait presque pas et semblait bien trop lourde pour lui.

La fleur soupira et roula des yeux, elle n'avait pas que ça à faire alors déployant ses tiges en gardant une distance raisonnable, elle se mit à son tour à aider l'humain à ouvrir la porte en tirant de son côté et effectivement l'ouverture de la porte semblait se faire peu à peu. Lorsqu'il pu constater que la porte était suffisamment ouverte il laissa Frisk finir le travail pour ne laisser aucun indice sur sa participation. Il attendit sagement que celui-ci se présente jusqu'à lui et émit un léger sourire.

* Ah te voilà enfin! Enfin au moins tu as réussi à lui fausser compagnie.

Il allait poursuivre mais quelque chose l'interpella chez Frisk, un détail très intéressant. Son sourire s'élargit et il continua d'un ton plus sarcastique.

* Oh je vois que tu n'as plus ton problème de pull, laisses-moi deviner, elle t'as proposé SON pull, le pull de Chara. Aaaaaw et tu as osé le rejeter, c'est aussi le m...

Mais il se stoppa net croyant remarquer une silhouette dans l'ombre...cette capuche...oh non, c'est elle! Quel imbécile! Il a failli....mais il en a tout de même trop dit. Il ne peut pas Reset. Il ne peut plus Reset. Pourtant il avait commis une grave erreur. Ses pensées s'affolaient, il ne pouvait pas rester statique et silencieux sinon non seulement Toriel allait savoir qu'il l'avait vu mais en plus Frisk allait paniquer et cela n'allait en rien arranger la situation. Il devait à présent surveiller ce qu'il allait dire à l'humain mais ne pas lui paraître étrange, bon sang...la situation lui échappait totalement juste à cause de cette erreur.

* Peu importe nous n'avons pas de temps à perdre, la porte peut apparaître ou disparaître à tout moment, essaye de ne pas trop agir bizarrement avec eux, déjà que tout semble différent par rapport à avant alors essaye juste de répéter les mêmes actions, parce que sinon, tu vas vraiment finir par te donner plus de boulot que nécessaire.










Bonus:
 

avatar

Items
LV: 10 (967EXP)
HP, ATK, DEF:
Items:
I'm trash and I know it
I'm trash and I know it
Voir le profil de l'utilisateur
Ligne directrice : Neutre mauvais
Messages : 252
GOLD : 9075
Date d'inscription : 19/07/2016
Localisation : B E H I N D Y O U
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un lieu rempli de réconfort. || feat. Toriel Dim 18 Sep - 23:38



Les notes de la berceuse fredonnée raisonnaient dans l'air, virevoltant dans une symphonie apaisante. De temps en temps, les crépitements du feu ronronnant se joignaient à la mélopée, c'était à la fois si beau et si triste. Ce devait être une scène des plus émouvantes alors pourquoi les deux protagonistes n'étaient pas pleinement heureux ? Ils n'avaient pourtant que leur rôle à jouer. Celle d'une mère attentionnée qui croyait aux mensonges de son protégé et celui d'un enfant sage, incapable de mentir. C'était pourtant si simple... Alors pourquoi était-ce si amer ? Parce que tout ceci était faux ? Passant doucement sa patte griffue dans les cheveux de l'enfant, elle le senti se coller à elle. La vieille monstre « cru » à son sommeil simulé.

Il fallait le coucher, pour ne pas qu'il se fasse mal à rester sur elle. Le mettre dans un bon lit douillet, elle lui laisserait penser qu'elle lui laissait une chance de fuir. Mais son plan à elle était tout autre... Le livre et la vaisselle restèrent sur l'accoudoir tandis qu'elle se relevait le plus doucement possible. Plus tard elle se chargerait de tout ranger... Plus tard. Pour l'heure elle avait une mission plus importante.

Serrant tendrement son précieux paquet, elle rejoignit bien vite la chambre qu'ils avaient occupé plus tôt. Le pull était toujours au même endroit. Cela lui fit un léger pincement au cœur de le revoir et elle se mit à penser qu'en fin de compte, ce n'était pas si mal que l'enfant ait refusé de le porter. Aurait-elle vraiment réussi à le regarder si il avait accepté son offre ? Elle n'en était pas si sure...

Le porteur de l'âme rouge fut placé avec attention dans le lit, bordé avec tout l'amour d'une mère. Elle en profita pour ranger les affaires, ne plus les laisser dans son champs de vision. C'était bien trop douloureux... Elle fut aussi silencieuse que possible dans son entreprise et se concentra de nouveau sur l'humain. Un baiser doux, empli de tendresse fut apposé contre son front et la Mamonstre disparue derrière la porte. L'obscurité avait gagné de nouveau la pièce où Frisk dormait.

Pendant ce temps, Toriel en profita pour nettoyer le désordre laissé plus tôt. Ce fut rapide, d'autant plus qu'elle laissa sur la table de sa cuisine l'imposante tarte. Son attention était tournée désormais vers sa propre chambre. Elle s'y dirigea d'un pas discret malgré l'imposante carrure qu'elle avait. Il était vrai que depuis sa fuite du château, l'ancienne reine avait quelque peu « forci ». Un peu de sport ne lui ferait très certainement pas de mal.

L’ouïe aux aguets, elle ouvrit sa propre armoire et en sorti un morceau de tissu qu'elle pensait ne plus jamais devoir à porter. Le passant entre ses doigts griffus, elle se rappelait. La dernière fois qu'elle l'avait porté, c'était lorsqu'elle avait fuit. Fuit son ancienne vie. Fuit son Roi. A cette époque, elle veillait sur un autre enfant mais contrairement à Frisk, celui-là était déjà mort. Petit corps inerte entre ses bras, tout contre son cœur. Chara. Elle c'était enfuit avec son pauvre cadavre pour le protéger. Jamais elle n'aurait laissé la possibilité à ce « sombre souvenir », cet être à qui elle ne pouvait ni donner un nom ni mettre un visage, la possibilité de profaner son corps pour ses expériences. C'est pourquoi elle c'était enfermée dans les ruines, là où il était tombé et là où elle érigé sa tombe,loin d'Asgore et de sa folie.

Cette vengeance qu'elle ne pouvait supporter, elle devait l'en protéger. Mais le protéger aussi d'autre chose... Quelque chose qu'elle ne comprenait pas encore. Mais elle allait finir par savoir, elle allait le suivre pour cela. Chasser ses troubles à tout jamais et vivre heureux dans sa mignonne maison ordonnée.  

Her cute tidy house in the RUINS

Sa volonté était remplie au maximum. Elle détacha le bouton de sa capuche et d'un mouvement habile le posa sur ses épaules. Voilà c'était fait, le pas était franchi. Elle éteignit alors sa lampe pour faire croire à son repos et attendit patiemment dans le noir. Son cœur se serra au bruit de porte. Alors ce qu'elle craignait était en train de se réaliser. L'enfant s'enfuyait. Le cœur serré mais la détermination à son maximum, elle attendit que les pas feutrés ne s'éloignent avant d'ouvrir à son tour sa porte avant de s'arrêter quelques instants. Juste ciel! Elle avait failli les oublier! Retournant à son bureau, elle sorti de l'un des tiroirs deux téléphones. Qui sait, elle pourrait le donner plus tard à l'enfant... Elle retourna alors à la porte entrouverte et sorti de sa chambre. Son pas était lent, tentant de ne pas se faire remarquer jusqu'à ce que l'une de ses pattes ne touche un objet qu'elle froissa. Curieuse, elle attrapa le morceau de papier et commença à le lire.

Toriel, faut pas être triste.
Tout vas bien se passer, je promet.
J'ai fait beaucoup de mal, mais c'est fini.
Je veux aider, mais je peux pas faire ici.
Je ferais attention et je promet de plus faire mal à personne.
Mais s'il te plaît, ne soit pas triste.
Ça sera comme avant pour que tu sois à nouveau contente.
On reviendra tous, tout le monde sera content ici comme ça.
Je t'aime beaucoup Mamonstre.
Et merci pour tout.
Signé : Frisk


Alors qu'elle avançait dans la lettre son cœur se serra. L'écriture innocente et pourtant si touchante. Les paroles mystérieuses malgré le fait qu'elles voulaient donner des explications. Son cœur tambourinait dans sa poitrine alors que le papier fut froissé. Il fallait qu'elle sache...

Restant donc toujours à distance de sa cible, la Mamonstre avançait dans les couloirs qui les menaient en dehors des ruines. La sombre silhouette avançait à pas lents et resta cachée lorsque l'enfant eut du mal à ouvrir les premières portes. Les remords la submergèrent et l'envie d'aller l'aider dans cette tache ardue la frappa mais elle resta là, adossée contre le mur. Silencieuse dans ses ténèbres, l'ancienne reine attendit patiemment jusqu'à ce que la porte ne finisse enfin par s'ouvrir et elle le suivit jusqu'à la porte. Restant à moitié cachée. C'est là qu'elle l'aperçue. La petite fleur au milieu de la pièce. Dorée. Tel un bouton d'or.

Mais l'apparence fragile et innocente de la fleur contrastait avec ses paroles et le ton mauvais utilisé. Comment ça lui fausser compagnie ?!? Était-elle la raison aux mensonges de son protégé ? Intriguée, la reine se pencha plus que de raison pour mieux entendre la conversation. Certes, ce n'était pas très poli d'écouter ainsi autrui... mais l'être semblait être une des clés du mystère. C'était bien trop tentant.

Le reste de la conversation fut bien trop dur à encaisser pour la pauvre Mamonstre. Ce monstre connaissait Chara ?!? Comment est-ce possible ? Rares étaient ceux qui savaient son nom. Une main se posa sur la bouche alors que son capuchon cachait la détresse dans son regard grâce à un voile d'ombre, l'ancienne reine suffoquait. C'était impossible. Est-ce que ces deux êtres avaient un lien avec ses enfants ? De nouvelles questions la taraudaient. Elle ne remarqua pas le trouble de la fleur et reprit ses esprits qu'au moment où cette dernière ne continua son récit. Elle resta figée par une phrase.

« ...déjà que tout semble différent par rapport à avant alors essaye juste de répéter les mêmes actions »

Les mots tournaient et virevoltaient dans sa tête. Elle eu un vertige et décida de se coller contre la paroi, loin des deux petits comploteurs. Qu'est-ce que tout ceci voulait dire ? « Avant ». Un simple petit mot. Il pouvait passer inaperçu. Mais pas là. Non. Ici, il prenait une signification des plus importantes. Ce même terme avait été choisi par l'humain. « Avant ». Pas « autrefois » mais bien « avant ». La lettre de Frisk et les paroles du bouton d'or s’entremêlaient et s'imbriquaient parfaitement. Des pièces du puzzle avaient réussi à être emboîtées mais cela débouchait sur un tout autre mystère. Comment se faisait-il que l'enfant semblait la connaître, connaître les monstres de l'Underground alors que les blessures de sa chute montraient qu'elle avait été récente ? L'enfant venait de tomber et pourtant il semblait connaître lui aussi Chara, après tout lorsque la fleur en avait parlé, il l'avait nommé par son prénom.

Qu'est ce que cela pouvait bien signifier ? Elle resta pétrifiée par la peur. Elle était terrorisée par les réponses qu'elle allait découvrir mais elle était déterminée à protéger le petit humain...
Un lieu rempli de réconfort.







Badges de la Mamonstre:
 

avatar

Items
LV: 1
HP, ATK, DEF:
Items:
MaMonstre
MaMonstre
Voir le profil de l'utilisateur
Ligne directrice : neutre bon
Messages : 120
GOLD : 9200
Date d'inscription : 12/08/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un lieu rempli de réconfort. || feat. Toriel Mer 21 Sep - 17:00
Un lieu rempli de réconfort.||feat. Toriel L'enfant partait ainsi, sans rien demander de plus, ce n'était pas la même notion qu'un oisillon qui quitter son nid, ce n'était pas son nid. Où était le nid de cet oiseau là? À la surface? Et si même à la surface il n'y en avait pas pour lui? Il y avait quoi à la surface? Est-ce que quelqu'un le/la cherchait? Est-ce que quelqu'un l'attendait? Est-ce que quelqu'un pleurait comme pouvait pleurer Toriel? Une petite voix dans la tête de Frisk lui soufflait que non, jamais, plus jamais, que c'était inutile d'y penser. Une simple âme perdu, un outil, un objet, une "solution", pour résoudre un problème, pour ensuite disparaitre aussi rapidement qu'il était apparu.

Il n'était plus temps de se lamenter, l'enfant renifla un coup, et ravala ses larmes. Il/elle se força de ne plus penser à ses mains invisibles qui serraient avec force sa gorge, tendit qu'il/elle forçait sur la grande porte, bien trop lourde pour être ouverte d'un seul coup. Est-ce que le bruit allait alerter Toriel? L'enfant préférait éviter ça, il/elle ne voulait pas faire un face à face avec la Mamonstre, il/elle ne pouvait pas, il/elle ne pouvait pas lui expliquer, rien, rien du tout. Même si l'envie était là, la logique voulait qu'il/elle reste au silence, un lourd silence, un lourd fardeau, pour une bonne cause. Mais enfin la porte sembla daigner bouger un peu plus, le premier accoue d'ailleurs, Frisk eu l'impression qu'il/elle allait chuter s'attendant pas à la poussé un peu brute, et après quelques instant de lutte où il/elle vit pouvoir suffisamment passer la porte, se faufila, frottant rapidement ses mains.

Il/elle inspira profondément, légèrement soulager d'être enfin passé, mais sursauta en entendant la voix de Flowey, ne s'y attendant pas sur l'instant. Frisk redressa la tête pour poser son regard sur la fleur. Elle était toujours aussi... vindicative? Il/elle eut une légèrement grimace avait de répliquer.

* Je ne lui ai p...

Non... il ne fallait pas insister. À quoi bon se battre sur ce genre de sujet. Il/elle ne voulait pas vraiment laisser seule Toriel, mais il/elle n'avait pas le choix, il ne fallait pas quelle soit en danger. Quand tout serait fini, il n'y aurait plus de danger.

L'enfant gardait le silence, acceptant simplement les tirades de la fleur sur ses affaires fraichement réparé. Ce n'était pas la faute de Flowey, Frisk se disait qu'il était obligé de faire entendre son mécontentement sans doute, ce n'était pas une question de mal ou bien éduqué comme l'avait sous entendu Toriel plus tôt. Non, c'était juste... réussir à se mettre à la place de Flowey, qui était seul, qui aurait aimé que tout soit comme avant, voir sa mère agir avec quelqu'un d'autre comme si c'était son enfant, on a beau être la personne la plus aimable et bien éduqué du monde, ça fait mal. Cependant, Frisk pencha un peu la tête en regardant que son Meilleur Ami s'était arrêté en pleine phrase. Pourquoi?

L'humain ne pensa pas à la possibilité que la fleur ai vu quelque chose derrière, c'était alors peut-être, tout simplement l'enfant le problème? Peut-être que le silence de Frisk avait agacé la fleur, possiblement, en tout cas, l'enfant en était désolé d'avance, car c'était ce qu'il/elle comptait faire de plus en plus. Le plus de silence, le moins d'expression... en y réfléchissant, Mettaton aurait l'air plus humain à côté de Frisk qui ne laisserait plus rien transparaitre. Plus qu'un objet, une solution, rien d'autres... Et quand tout serait fini, il/elle ne serait peut-être moins qu'un souvenir.

Et contrairement à toutes attentes, les paroles de la fleur allait dans le même sens que ce que voulait faire Frisk, même si ça serait difficile pour l'enfant, il/elle devait prendre sur lui.

* Allons-y alors...

Sans vraiment attendre une réponse en retour de Flowey, Frisk avança vers le reste du chemin pour atteindre la dernière porte, celle qui mènerai vers Snowdin. Est-ce que la voie serait libre? Est-ce que ça serait comme d'habitude? Mais si il/elle revoyait Sans, Frisk savait que ce serait un bad time. Peut-être fallait-il plutôt contourner la scène de rencontrer? Même si l'enfant se doutait bien qu'avec Sans, c'était aussi difficile que tenter de traverser un mur.

© 2981 12289 0
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un lieu rempli de réconfort. || feat. Toriel Mer 21 Sep - 23:30



Elle aurait voulu que l'enfant réfute les paroles de la fleur. Lui dise qu'elle avait tort. Ce long silence semblait en dire trop. Il y avait une complicité, un secret entre les deux petits êtres. Le cœur de l'ancienne reine se serra alors qu'une larme s'échappa de l'ombre qui cachait son visage. Non ! Pas maintenant ! Il fallait tenir bon. Pour Frisk ! Elle n'avait plus le droit à ce genre de fantaisie, c'était le bien-être de son protégé avant le sien. Elle n'existerait maintenant que pour lui.

Immobile, elle attendit là, adossée contre le mur le signal que son petit humain était parti. Plongée dans ses pensées alors que ses pupilles étaient de nouveau ternes. Sans vie. Comme avant... Avant qu'elle ne rencontre son ami. Lorsque vivre lui était devenu douloureux, que chaque pas était plus difficile à faire que le précédent. Lorsqu'elle avait perdu ses espoirs et ses rêves. Prête à se transformer en poussière. Asgore avait tué un à un chacun de ses « enfants » et elle se sentait perdue. Inutile. A quoi bon continuer si ce n'était que pour toujours rater, tomber chaque fois un peu plus ? Quelle belle « gardienne » qu'elle faisait... Pathétique !

Mais là serait différent ! Si cette fois elle devait devenir poussière, ça serait parce qu'elle avait protégé l'humain de son corps. Avec tout son amour. Elle allait devenir son bouclier et écarter chaque obstacle de la route de l'enfant. Jusqu'à se retrouver face à lui. Le roi. S'il osait pointer son arme vers lui, l'arme ne rencontrerait que son cœur déjà bien trop meurtri. Douce délivrance d'une âme qui avait déjà bien trop vécu. Mais lui, que pourrait-il ressentir alors qu'il verrait que celle qu'il aimait jadis s'évaporer ? Comprendrait-il enfin son erreur ? Changerait-il ? Même elle ne saurait le dire. Mais avant, elle tenterait d'attraper cette petite fleur. Ce monstre avait les réponses à ses questions. Pourquoi connaissaient-ils Chara ? Quelles étaient les actions à répéter ? Comment se faisait-il que l'humain connaisse si bien les monstres alors qu'il était n'être arrivé qu'il y a peu de temps ? Tant de questions dans sa tête mais elle aurait des réponses... car le bouton d'or les suivrait, il suivait Frisk depuis le début. Cette présence qu'elle avait sentie plus tôt, dans sa maison ! Elle en était sure maintenant, c'était bien elle ! Leurs routes se croiseraient de nouveau. Les deux petits êtres étaient connectés après tout !

* Allons-y alors...

Voilà le signal qu'elle attendait. Elle se releva d'une traite, pour profiter de la vue du petit brun marchant dans ses ruines une dernière. Car ils quittaient son territoire, son refuge protecteur, pour des contrées inconnues. Oui inconnues même pour la reine car même si elle avait déjà fait le chemin inverse, il avait été rapide. Elle ne c'était pas attardée sur les détails. Et tellement de temps c'était écoulé depuis sa fuite qu'elle était persuadée que tout avait changé ua dehors.

Le cœur battant, elle fonça alors dans la pièce où les deux protagonistes avaient « échangés » pour ne trouver que le monstre floral. Elle voulu le questionner alors que leurs regards se croisèrent, alors que ses pas se firent plus lent. Contrairement à ce qu'elle avait pensé, il n'y avait aucun sourire narquois sur son faciès. A la place, un air grave y était plâtré. Il avait du mal à la fixer dans ses yeux délavés mais emplis d'une dernière volonté. Le regard de la fleur s'abaissa alors qu'elle avançait vers lui et quelque chose dans sa poitrine se mit à brûler. Un vieux souvenir ?  Une réminiscence du passé ? Un sentiment lointain et oublié ? Elle ne le savait pas mais c'était à la fois doux et douloureux...

Lorsque Toriel fut suffisamment proche de l'inconnue, elle réussi à enfin ouvrir les lèvres, articuler quelque chose.

« - Qui... Qui êt. Huh ?!? »

Elle ne put jamais terminer sa phrase car voilà que la fleur...

...disparu tout simplement dans le sol sous le regard médusé de la Mamonstre. Pourquoi ? Pourquoi tout ce cinéma et tout ce mystère ? Elle ne comprenait plus rien. Mais pas le temps de rester là à cogiter ! La gardienne avait une âme à surveiller et cette dernière fonçait déjà vers la dernière porte des ruines. Elle ne l'empêchera pas de la franchir. Non. Avec les ténèbres pour seules alliées, l'ancienne reine resterait tapie et veillerait sur lui dans l'ombre.
Un lieu rempli de réconfort.







Badges de la Mamonstre:
 

avatar

Items
LV: 1
HP, ATK, DEF:
Items:
MaMonstre
MaMonstre
Voir le profil de l'utilisateur
Ligne directrice : neutre bon
Messages : 120
GOLD : 9200
Date d'inscription : 12/08/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un lieu rempli de réconfort. || feat. Toriel Jeu 22 Sep - 23:01
Un lieu rempli
de nostalgie




« Les bons souvenirs sont des bijoux perdus. »
*

Mamaaaan! C'est inutile je te dis!

La fleur soupira lourdement et s’accouda sur le comptoir en regardant sa mère ajouter les ingrédients à son plat. Il les connaissaient par coeur, il les avaient vu tellement de fois lorsqu'il était encore...lui. Alors il s'amusait à les répéter en choeur avec elle mais avec un ton bien plus neutre voir même avec une certaine lassitude. Que pensait-elle de lui ainsi? Pourquoi souriait-elle? Il n'y avait pas de quoi sourire. Il ne la comprenait pas, vraiment pas. A quoi bon lui faire une tarte, ce n'est pas ça qui allait changer quoi que ce soit, il serait toujours cette abomination, il n'allait plus ressentir la joie qui l'envahissait lorsque sa mère lui tendait une part de son "cinnamon butterscotch pie". Il n'allait plus....n'allait plus.....Pourquoi est-ce que tout lui semblait si fade? Elle faisait de son mieux, elle se donnait tellement de mal pour lui, plus les jours passaient, plus il réalisait que rien de ce que ses parents ne pourraient faire ne lui rendrait son amour. Il se sentait si...vide. Il...c'était la première fois qu'il pensait à mourir.

Il releva son regard vers sa mère qui s'était arrêtée et semblait le fixer, il émit un bref sourire à ses paroles, un sourire...si faux. La rassurer? Tout ça n'était qu'une vaste blague, de l'hypocrisie, elle ne méritait pas ça. Lui non plus. Ils gâchaient leur temps tout les deux.

* Je vais rejoindre Chara.

Visiblement la dureté de ses paroles eurent le don de faire s'installer un long silence et la fleur dût baisser son regard face à celui de la reine, il n'avait aucune compassion et pourtant, pour la première fois, il avait mal. C'était douloureux. Ces pétales étaient retombés sur son visage et il esquissa un sourire amer.

* Ne sois pas si surprise. Après tout je ne devrais même pas être ici. On ne peut pas continuer ainsi, tu dois l'avoir compris à présent, n'est-ce pas? J-je ne ressens... rien, c'est insupportable. Alors est-ce égoïste si je préfère te laisser avant que tu...que tu finisses par ne plus me reconnaître? Je veux que tu te souviennes de moi en tant qu'Asriel pas en tant que...cette chose. Ce n'est pas...moi.

Il était si...irrité, si triste envers cette situation qui lui échappait totalement. Alors encore une fois, la fleur craqua mais cette fois il ne releva pas la tête et serra les dents. Les grands garçons ne pleurent pas, ça ne lui servira à rien de se lamenter sur son sort. Ce serait la dernière fois que Flowey pleurerait avant un long moment. Il savait ce qui lui restait à faire. Alors, d'une voix faible et camouflant quelques sanglots, il articula sur un ton enfantin et faussement gaie "Je passerais le bonjour à Chara de votre part." Et voilà que l'instant d'après, il se laissa retomber du comptoir pour atterrir sur le sol et ne se gêna pas pour s'enfoncer dans celui-ci pour disparaître tout en entendant encore la voix de sa mère. Non. La voix de Toriel. Il n'avait plus le droit...il n'était plus rien. Et bientôt ce vide à l'intérieur de lui ne le dérangera plus. Bientôt il reviendra lui-même au néant.

Il ne disait rien. Bien entendu. Flowey l'observa un instant en haussant un sourcil. Il connaissait ce regard, ce...sentiment. C'était étrange mais pour la première fois, non pas en tant qu'Asriel, mais en tant que Flowey, il comprenait Frisk. Et Frisk le comprenait. Devait-il...en être heureux? Cela devait être ignoble mais une part de lui était satisfaite de cela, de ne plus être le seul. Et pourtant, une part de lui craignait qu'il ne finisse comme lui. "Je t'avais dis de prendre ta bonne fin, idiot" voilà ce qui se répétait dans son esprit. Frisk, tu comprends à présent, n'est-ce pas? Il est trop tard à présent, vous ne pouvez pas être pardonner, vous ne pouvez pas vous pardonner. Dis-toi...que tes mains ne pourront jamais être aussi tâchés de sang que les siennes. Sauves-toi toi même. Tu le mérites bien plus que lui. Haha....pourtant te voir avec ce regard...il ne sait pas pourquoi mais il veut te garder encore. Allez, amusons-nous encore, bientôt, oui bientôt tu seras comme lui, voyons voir si même doté d'une âme ont peu se sentir vide à l'intérieur hee hee.

Alors Flowey n'ajouta rien et le laissa avancer à sa guise. Cela faisait quelques instants qu'il réfléchissait...oui visiblement il se demandait lui-même ce qu'il attendait de l'humain, ce qu'il voulait. Il était satisfait et mécontent de son comportement stoïque. Quel est l’intérêt de voir un double de lui? Si Frisk devenait aussi vide que lui alors ses réactions deviendraient molles et des plus ennuyeuses. Pourtant, plus il resterait ici plus il allait s'accoutumer à une certaine routine, même les quelques changements qui se produisaient allaient rapidement devenir familier. Mais il ne pouvait pas le laisser partir, il était certain à présent que l'enfant avait permis de renouveler ce quotidien monotone, cela faisait si longtemps que Flowey ne s'était pas autant amuser. Non il devait à tout prix garder l'humain ici mais... Les pas derrière lui stoppèrent ses réflexions. Toriel s'était décidé à bouger il semblerait, alors il décida de lui faire face et à la fixer un instant, peut-être pourrait-il ainsi retarder sa marche et laisser le temps à l'humain d'avancer.

Elle semblait vouloir des réponses, aaah, il s'en serait douter. Pourtant, le regard de Flowey se fit impénétrable, il la fixa d'un air particulièrement grave peut-être même malgré lui. Tu ne sauras rien, tu en sais déjà trop, Toriel, je devrais te tuer sur le champs. Arrête de t'approcher, va-t'en! NE T'APPROCHES PAS DE MOI!! Je pourrais te tuer de là où tu te tiens, ce ne sera qu'une mort de plus pour toi et qu'un peu d'EXP pour moi. Et malgré lui, il se sentait tout petit face à cette créature impressionnante, il ressemblait presque à un enfant ayant peur de se faire gronder mais ce n'était pas le cas. Il n'était pas d'humeur, il avait commis une grave erreur et il devrait éliminer toute trace de cette erreur mais il avait d'autres projets pour cette reine alors il allait la laisser en vie, pour le moment. Il aurait dû user de son sarcasme sur elle à coup de "ça fais quoi de voir un autre enfant te fuir?" ou un "C'est très malpoli d'écouter au porte" mais...non.  Il baissait simplement les yeux. Pourquoi au juste? Il ne le savait pas trop lui-même? Était-ce par peur de revoir cette tristesse au fond de ses yeux? Du dégout et du mépris? La colère de tout à l'heure? Ou était-il anxieux à l'idée qu'elle finisse par comprendre?

Lorsqu'elle entama sa question, la fleur réalisa qu'il était temps de s'en aller et lui jeta un dernier regard en esquissant un sourire.
Allez inutile de ruminer sur une légère erreur de calcul, il n'aura qu'à faire en sorte que ce genre d'erreur ne se reproduise plus.
Cela ne lui ressemble pas de faire ce genre d'erreur de débutant mais cela ne se reproduira plus oui, il y veillera. Quelle profite bien de l'instant où elle réussit à en apprendre davantage sur lui. Parce que les personnages comme elle devraient juste rester à leur place. Cela vaux mieux pour elle.











Bonus:
 

avatar

Items
LV: 10 (967EXP)
HP, ATK, DEF:
Items:
I'm trash and I know it
I'm trash and I know it
Voir le profil de l'utilisateur
Ligne directrice : Neutre mauvais
Messages : 252
GOLD : 9075
Date d'inscription : 19/07/2016
Localisation : B E H I N D Y O U
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un lieu rempli de réconfort. || feat. Toriel
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Un lieu rempli de réconfort. || feat. Toriel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undertale : Soul :: Act :: Les ruines :: Maison de Toriel-
Sauter vers: