You’re Gonna Have a Good Time !
Bienvenue sur « Undertale Soul », inspiré du jeu du même nom. L'histoire se déroule après l'effacement du monde de la run génocide. Frisk l'a cepandant recréé(e) en échange son âme. Mais celui-ci a été profondémment altéré et des boulversements sont à venir...
N'hésitez pas à contacter le staff en cas de questions, nous nous ferons un plaisir de vous répondre dans les plus bref délai.
ReglementContexteRacesPrédéfinisPrésentationPartenariat
A savoir
# Forum OUVERT !
# N'oubliez pas de voter sur les top-sites afin de nous faire connaître !
# Il y a encore pleins de personnages du jeu disponibles !
Contexte
Again and again and again...Combien de fois cela s'était-il déjà produit ? Le temps s'écoulait puis revenait en arrière. Tous ce qui était construit était arraché et retournait à son état initial. Les actes commis... étaient oubliés.Frisk avait parcouru ce monde, maintes et maintes fois. Cela c'était toujours terminé bien. La barrière volait en éclat, ses amis gagnaient la surface. Mais alors pourquoi ? Pourquoi ce monde était toujours RESET au final ? Pourquoi, à chaque commencement, les choses allaient de plus en plus mal ? Pourquoi piéger ces âmes dans une éternelle boucle sans fin...Quelque chose devait-il être accomplit ? Est-ce un délire malsain ? Pourquoi cette âme humaine se corrompait petit à petit, de plus en plus. Et au fur et à mesure que son âme devenait plus puissante. Elle était remplit de DETERMINATION.C'est à partir de ce moment-là que les choses ont commencé à changer. Jamais une timeline n'avait connu autant de back-up. L'écoulement naturel du temps était sans cesse interrompu. Et plus il revenait en arrière, plus des anomalies apparaissaient. Les choses se passaient tous d'abords différemment, tantôt plus tôt, tantôt plus tard... puis des évènements inédits. Comme si le monde lui-même en avait marre d'être piégé dans cette même routine. Des monstres sont apparus à des endroits où ils ne devaient pas être.Les rares esprits qui étaient alors conscient de ce qui se passait devenaient de plus en plus nombreux. Des airs de déjà-vu. Des rêves troublants.Le temps commençait à se dérégler.Et cet humain continuait. And again and again... Cette distorsion du temps commençait à devenir dangereuse. Cet humain commençait à tuer de plus en plus de monstres. Ceux qui ont toujours cru en lui. Ceux qui l'on soutenu durant son combat final. Ceux qui l'on recueillit dans ces sous-terrains.Ses amis.Et ce jour fut venu. Ce jour où, lorsque l'éternel recommencement de la timeline avait débuté. Chaque monstre qui se dressait sur son passage était réduit en poussière. Jusqu'à qu'il n'en reste plus, nul part. Cet humain semblait de plus en plus instable. Était-ce encore Frisk ? Il ou elle n'était plus reconnaissable.Et en ce merveilleux jours, les fleurs n'ont plus éclos, les oiseaux n'ont plus chanté.Le monde fut effacé. ERASE.C'est alors que le temps qui s'était si emballé depuis toutes ces RESET fut stoppé. Brutalement. Qu'il ne restait plus rien a part cette âme d'humain si puissante. Plus qu'aucune jamais alors. Un monde brisé, froid, vide. Infertile. Obsolète.Frisk vendu alors son âme, investit toute sa puissance pour le faire revivre une fois encore.Mais ce monde était tellement affecté par toutes ces distorsions du temps qu'il ne fut plus jamais le même.Des évènements allaient se passer, des évènements différents, des évènements surprenants.Mais allaient-ils le mener une fois de plus à sa perte ?
Evénements
#Evacuation de l'Underground vers New Home !
#Mini-event (hors timeline) CLUB d'art !
A great partner
We will be together forever.

[FLASHBACK] Just one experiment, I swear !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Act :: New Home :: Château royal
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Just one experiment, I swear ! Lun 5 Sep - 18:17
Just one experiment.
#Hope




Volontiers...


L'agneau acceptait la proposition du loup. Pure, innocent, blanc comme neige. Elle se levait avait légèreté s'avançant vers lui. Cette danse n'était qu'une façade, elle n'avait pas pour but de les rapprocher, ni de s'amuser. Pire qu'une distraction, cette danse était un coup d’envoi, la deuxième manche de leur bataille sans mercy. Il avait dû concédé la première devant l'habilité de la reine. Mais il n'était pas totalement défait. Il l'avait observée durant tout le tête à tête et voilà qu'un plan avait de nouveau germé dans son esprit. Elle avait été habile, lui avait promit l'enfant pour le faire tomber en désillusion aussi tôt... un coup de maître, mais une erreur terrible.

Il se saisit délicatement de sa main, douce, chaude, vivante. Les siennes n'étaient que froideur, dureté et mort. Invisible, le sang tâchait déjà ses mains. Toucher une créature aussi pure était presque un affront qu'il lui faisait. Danser avec un squelette n'était jamais confortable, il en avait conscience. Mais il s'efforcerait de la mettre 'dans tout ses états'... après tout, c'est un affrontement.
Il décida de ramener cette douce main à son visage pour déposer un doux baisé sur la main [miss]. Enfin, juste en apparence, pour faire gentlemen. En réalité, il n'avait pas de lèvres, cela était donc plutôt comique.
Il se redressa, lentement la main toujours dans la sienne tandis qu'il glissait la deuxième derrière le dos de la reine. Sans descendre trop bas. Évidemment... bon Dieu, si le Roi les voyaient ainsi.





Par contre mon cher... vous ne pourrez pas faire plus « d'examen » que vous ne faisiez lors des entretiens avec le jeune prince... Je vous surveillerai comme je l'ai fais autrefois... Pas un seul de ses cheveux ne sera touché...


Évidemment, il s'en doutait. Il sera un peu plus les dents. Elle ne le laisserait pas faire dans sa démarche Mais il avait déjà un plan pour parvenir à ses fins. Il se servirait de son mari contre elle. Il mettrait la main sur cet humain, sur son âme. Il était quelqu'un de persévérant.
Le squelette commença alors à faire quelque pas de danse, doucement, au rythme de la musique.






Quelle responsabilité. Je ferais ce que je juge nécessaire en temps que médecin majesté. Uniquement en temps que médecin. Je veut bien ne faire qu'une visite de contrôle. Mais comprenez que si son état nécessite plus que cela, je devrais avant tout privilégié la vie et le confort de cet enfant.


Les pas se firent plus rapide, son emprise se raffermit sur la reine alors qu'un sourire des plus hypocrites se formait sur son visage. Il glissait ses doigts squelettiques entre ceux de la reine. Le scientifique commençait à peine à attaquer, le plat de résistance viendrait ensuite, lorsque cet agneau sera complètement perdu et effrayé.





Vous savez majesté... vous me faite penser à mon ex-femme, celle qui m'a quitté lorsque j'ai commencé à travailler sur cette barrière. D'une grande beauté et d'un caractère marqué. Bien qu'elle nous arrive pas à la cheville...


Que de compliments. Voilà qu'il laisser s'échapper délibérément un élément de sa vie. Son ancienne vie. Quand il en avait encore une. Certes, il l'avait déjà raconté à Asgore, comment sa femme l'avait abandonné devant la trop grande importance qu'il accordait en ses recherches. Ahah. Elle n'avait pas le sens des priorités comme lui. Il ne regrettait rien, il préférait travailler dans son projet qui les libèrera tous plutôt que de batifoler avec une ignorante et égoïste créature !

C'est alors que le squelette décida de passer aux choses sérieuses. Sitôt les compliments sortis. Compliments qui, au passage, étaient véritable, le squelette l'a trouvait d'une grande beauté comme la plupart des autres monstres de l'Underground. Il glissa sa main un peu plus bas, jusque en bas de ses reins alors qu'il la collait aussi brusquement et fermement contre lui.



Désolé madame... Je préfère le tango.


Il n'y avait pas plus osé. Son visage n'était qu'à à peine quelques centimètres de son museau. Le squelette se sentirait pousser des ailes ? Non. Il voulait la faire flancher, vaciller, lire en elle comme dans un livre ouvert. La reine devait garder les apparences n'est-ce-pas ? Un scandale serait si impromptu...
La valse s'arrêta, de nouvelles mains étaient apparues pour relever l'aiguille du tourne disque et changer la donne. La musique reprit. Différente, plus rythmée, plus vive, plus sensuelle.


Il aurait presque cru voir un bouton *flirt apparaître, mais il n'en fut rien. Le squelette était conscient qu'il avait moins de force qu'elle, après tout... il avait la peau sur les os et la reine était plutôt massive. Elle pourrait le faire voler en un instant si elle le voulait. Mais ce ne serait pas très poli, n'est-ce-pas ? Cela lui montrerait qu'il aurait gagné contre elle, tout simplement. Le scientifique jouait la carte de l'audace.
Il fit quelques pas de danses, la fit tournoyer pour la reprendre dans ses bras squelettiques. De plus en plus rapide, il essayait d'être tout de même doux avec elle pour qu'elle prenne confiance. Bien qu'il se doutait que cela n'arriverait pas.
Il rapprocha son visage, jusqu'à que son souffle soit sur sa nuque. Il lui murmura à l'oreille.






Vous ne pouvez comprendre la portée de mes recherches. Je fais ce qu'il y a de mieux pour notre peuple. Je ne souhaites pas faire de vous mon ennemie. J'ai beaucoup d'estime à votre égard majesté.


Il s'écarta aussitôt, la faisant danser une fois de plus. Quelques mains étaient apparues pour claper au rythme de la musique. La lumière tamisée des bougies rendait cette ambiance particulièrement étrange pour une simple audience.
Le squelette tenterait une dernière fois de l'amadouer. Il devrait passer à son autre plan dans le cas contraire. Et il préférait garder une approche amicale. Cela faciliterait les choses autant du côté de sa majesté que celle du Roi.
Ses mots sonnaient comme la vérité. Parce-que le scientifique y croyait dur comme fer. Il comptait sacrifier cet humain pour la science, certes. Mais la science d'une cause noble. Et quand il pouvait satisfaire sa curiosité en prime... quoi de mieux ?



Je vous prie de me faire confiance.

© 2981 12289 0


• Coming soon •

TEAM:
 

avatar

Items
LV: 1
HP, ATK, DEF:
Items:
Black Flamby
Black Flamby
Voir le profil de l'utilisateur
Ligne directrice : Loyal(Neutre) Mauvais
Messages : 102
GOLD : 12310
Date d'inscription : 18/07/2016
Localisation : The void
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Just one experiment, I swear ! Mar 6 Sep - 23:31
Main dans la main, la danse pouvait commencer... ou pas ! Elle c'était préparée mentalement à faire quelques pas en compagnie du squelette, pas à ce geste. Il venait d'ébranler sa garde. Au lieu de s'élever pour se mettre en position, sa main avait été portée vers le sourire du docteur. Elle se crispa au contact de l'os sur ses doigts. Mais son sourire demeurait. C'était purement un acte de gentlemen. Elle répétait cette phrase dans sa tête pour s'en convaincre. Ce n'était pas une manœuvre pour la déstabiliser ! Pas du tout ! Et puis, elle n'en fut pas affectée ! Pas du tout... Ou peut-être que si, un petit peu...

Vint enfin le moment de bouger. Heureusement ! Grâce à cela, elle pourrait se changer les idées. Mettre son plan à exécution. Trouver une faille et la marteler jusqu'à ce que son adversaire ne veuille même plus entendre parler de l'enfant. Étant une reine, elle connaissait tout de l'art des danses de salon et était persuadée de pouvoir suivre sa cadence. Elle aurait pu y arriver, si Gaster jouait avec les vraies règle. Mais voilà, il jouait avec ses propres lois à lui...

« - Nous verrons cela... »

Les paroles du scientifique avaient été comme un coup violent pour le bouclier de la reine. Elle lui laissait la moindre brèche et le voilà qui s'y infiltrait, s'y insinuait tel un serpent pour étrangler sa proie, non sans l'avoir fait souffrir au préalable. Enserrer puis desserrer sa poigne autour du cou de sa victime. Lui laisser l'espoir d'une échappatoire pour finalement le briser et la laisser dans une profonde détresse. S'abreuver de ses larmes alors qu'elle rend ses derniers soupirs difficiles. Lente agonie dont il se délecterait. Oh ! Comment elle le méprisait pour cela. Il était un sadique. Son sourire le prouvait.



En parlant de constriction, voilà le squelette qui raffermissait son emprise sur elle, de même qu'il intensifia la cadence. Que se passait-il ? Elle avait du mal à suivre cette valse là. Leurs doigts s'entremêlaient malgré elle et il la tenait fermement. Elle était devenue sa prisonnière. Aucune échappatoire. Et les paroles du docteur n'étaient pas pour la rassurer, des compliments certes, mais rien n'était jamais gratuit avec lui. Elle aurait voulu fuir, comme l'avait fait cette ex-femme. Loin de lui. Loin des problèmes qu'il représentait. Ce fou avait préféré la science à la compagnie. Il était irrécupérable.

Et trop entreprenant ! Le voilà qui faisait descendre sa main le long de sa colonne vertébrale pour aller la poser jusque sous ses reins alors qu'il la collait à lui. Elle eu le souffle coupé et une furieuse envie d'aller titiller sa « joue » d'une droite matriarcale. Cela ne se faisait pas. Cela ne se faisait pas du tout même ! Plus aucune échappatoire, elle était entièrement à sa [Mercy].

Elle se sentait de nouveau si petite entre ses mains. Cette « cage » osseuse qui la maintenait fermement et qui la déplaçait contre sa volonté. La reine était devenue une marionnette entre les mains du Docteur Wingdings. Elle était redevenue Toriel. Ses grands yeux de biche s'écarquillèrent alors que son souffle se tue. La chèvre était prisonnière de l'étau du loup. Elle voulu reculer mais n'en avait même plus la force. Tétanisée. Elle n'était plus maître de son propre corps.

Vaincue, elle se laissa portée dans ce tango endiablé. Car oui, elle dansait avec le Diable. Entre ses mains expertes, elle dérivait dans ce combat qu'elle était en train de perdre petit à petit. Les pans de sa robe voletait alors que l'oisillon perdait ses ailes. Secouée. Malmenée. Et pourtant avec douceur et sensualité. Elle avait de nouveau peur.

Le combat entre la chèvre et le loup avait duré toute la nuit et maintenant le prédateur avait ses crocs profondément enfoncés dans son cou, partie fragile de l'animal. Il avait réussi à traverser la barrière de cornes et lui coupait le souffle. Mise à mort alors que le poison de ses mots coulait en elle. L'engourdissant petit à petit.

Et pourtant... Alors que son souffle était irrégulier, elle réussi à ouvrir sa bouche sèche. Puisque Gaster s'amusait à [flirt]er, elle n'allait pas s'en priver non plus. La main tremblante toujours accrochée à son dos remonta un peu entre ses omoplates alors que sa jumelle resserra son emprise sur celle squelettique.

« - J'embrasse mon rival... Mais c'est pour l'étouffer... »

Deux simples phrases. Neufs insignifiants petits mots. Mais une vraie déclaration de guerre ! Par cette bravade, la monstre femelle lui annonçait sa DÉTERMINATION à ne pas lui laisser l'enfant. Plutôt mourir ! Elle posa alors sa tête contre la clavicule de son adversaire, le menaçant de ses petites cornes. Jusqu'au bout. Même au plus profond des ténèbres, elle continuerai de se battre. Jamais plus elle ne laisserait une pauvre âme tomber entre les mains de sa science !
Just One experiment, Iswear !.







Badges de la Mamonstre:
 

avatar

Items
LV: 1
HP, ATK, DEF:
Items:
MaMonstre
MaMonstre
Voir le profil de l'utilisateur
Ligne directrice : neutre bon
Messages : 120
GOLD : 9200
Date d'inscription : 12/08/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Just one experiment, I swear ! Sam 10 Sep - 0:28
Just one experiment.
#Hope




Nous verrons cela...


Nous le verrons tout de suite. La voilà dans ses bras. Les doigts lacés, entrelacés alors qu'il sentait la prise de la reine se raffermir, le repoussant légèrement. Tentait-elle d'échapper à son emprise ? Oh que non... il ne la laisserait pas faire. Il se délectait de sa surprise. Pourtant, la voilà qu'elle ne se rebellait pas. Elle avait bien plus de force que lui, mais... elle semblait si fragile à cet instant. La brebis égarée ne sachant plus comment se défendre ni où aller. Prisonnière de ses bras squelettiques. Elle suivait ses pas de danse tant bien que mal, la pauvre... elle ne savait pas ce qui l'attendait.
Le scientifique devait bien au moins reconnaitre qu'il était plus agréable de danser avec un monstre en chair et en os qu'un autre squelette, il appréciait particulièrement le contacte chaud de sa fourrure sur ses os. Quoi ? Malsain ? Pas dut out, il savait quelle était sa place. Il avait plus que la reine dans ses bras : La femme de son ami. C'est ceux pourquoi, il ne descendait pas plus bas sa main, se contentant de la faire valser dans un tango non vulgaire. Et puis, il ne voulait réveiller la bête qui dormait. Il donnerait à la reine une occasion parfaite de se ressaisir, elle n'était pas aussi soumise et fragile qu'elle en avait l'air.

ROXANNE ! You don't have to sell your body to the night


Il plongea son regard sûr de lui et vengeur dans ses yeux de biches. Sa plus grande et belle ennemie se laisser emporter dans cette danse ou le diable était sa propre personne. Il prenait plaisir à la faire tourner, poiroter, la ramener vers lui aussi prêt du corps qu’indécent. L’audience n'en était plus une, c'était un jeu. Il était le loup qui se rapprochait toujours un peu plus de la brebis, plus prêt, son visage toujours plus prêt. De l'extérieur, il était prit au jeu. Mais de l'intérieur, c'était un vrai combat qu'il menait. Contre elle. Ne pas faire le moindre faux pas. La garder sous contrôle. La garder à sa mercy.
Il attendait qu'elle cède. Qu'elle accepte cette fin pacifiste qu'il lui proposait, à tout les deux.
Il la sentait plus raide.



J'embrasse mon rival... Mais c'est pour l'étouffer...


Avait-elle dit ça, qu'il la sentait se reposer la tête contre lui. Il frissonna de tout ses os. Il sentait les mains tremblantes de la reine, signe de sa défaite, resserrer leurs emprises. Sa douce main remonter le long de ses vertèbres jusqu'à ses omoplates.
Que faisait-elle ? Le scientifique s'était figé l'espace d'une seconde, pensant qu'elle acceptait ses avances. Non... il ne lui en avait pas fait. Ses mots étaient clairement des menaces. Bien.
Le route pacifiste était............. compromise.

Son sourire reprit tandis qu'il reprit son tango dans un rythme plus endiabler. Au diable les convenances, il allait jouer pour de bon. Il les avait bien vu. Ces cornes pointés vers lui. Pauvre petite chèvre, effrayée au point de céder à son instinct. Ses abribus étaient bien trop petits pour l'embrocher ! Elle l'avait menacer ? Elle voulait rendre les choses plus difficiles ? Lui qui avait pourtant, une dernière fois, prit sur lui pour quémander gentiment.
Mais l'on apprivoise pas une tel brebis, on la dévore.

D'un seul coup, alors qu'il la faisait pirouetter, il l'arrêta brusquement. Deux de ses mains squelettiques apparurent pour se refermer sur les poignets de la reine, avec bien plus de force. Il s'assurait de garder le contrôle sur ses bras alors que ses mains, ses vraies mains descendant jusqu'à son bassin dans une position plus osée. Le tout ses passa en quelques secondes.
Le gentleman n'avait plus de rôle à jouer ici.



Cessons ce petit jeu ridicule voulez-vous.


Il avait lâché ces mots d'autant plus rapidement, qu'il se penchait vers elle, la basculant dangereusement en arrière alors qu'il continuait de la retenir. Et elle n'était pas légère... Il glissant une nouvelle main apparue le long de sa cuisse pour lui relever la jambe dans une position des plus sensuelles. Les mains qui étaient renfermés autours des poignets passèrent derrière son dos à lui pour qu'elle puisse s'agripper.
Ce serait si facile de la laisser s'écraser au sol. Ramper dans la poussière plus bas que terre. Le scientifique était mû d'une si grande colère qu'il avait des envies de génocides. Elle avait joué avec lui jusqu'au bout, lui rendant l'enfant humain inaccessible. Certes, sa majesté avait gagné la première des batailles, la bataille sur le plan mental. Lui, arracherait cette victoire sur un plan psychologique. Voilà qui est bien plus proche de son domaine.
Non. Il ne pouvait pas non plus attaquer aussi simplement la reine. La route neutre était le seul chemin possible à leur bataille. Elle ne pouvait pas non plus le tuer, lui, scientifique royal et ami du Roi sans raisons valable non plus. Une bataille stérile.
Une guerre.

C'est alors que... dans toute sa sournoiserie, une ombre parmi les ombres apparut au dessus d'eux. Étrangement, le disque de musique se mit à s'enrayer, dans un bruit des plus désagréables. L'ombre se rapprocha d'eux. Dangereuse, massive. Il y avait bien plus de bougie que tout à l'heure pour l'éclairée. Ce crane monstrueux, doté de cornes et de dents tranchantes. Le masque du diable. Les yeux du blaster s'illuminèrent transperçant ceux de la reine tandis que ses mâchoires se disloquaient pour les englober tout les deux.
Le visage du scientifique se rapprocha de celui de la reine tandis qu'il lui susurra quelques mots.



J'irais voir cet enfant. Je ferais ce que je jugerais nécessaire tout en étant raisonnable. Je ne veux pas vous voir vous interposer dans mon travail. Un accident... serait si vite arrivé majesté.


Mais des bruits de pas, lourds, vinrent briser l'ambiance des plus mortuaires. Ils venaient du couloir et se rapprochaient dangereusement. Gaster n'eut le temps que de lui chuchoter à l'oreille Long live the Queen en guise de dernière mise en garde. Bien qu'il menaçait également toute sa petite famille en parlant d'accident'. Même accident que ce qui était arrivé à ses chers assistants.
Son blaster disparu aussitôt avant que le bruit de la poignet ne se fit entendre. Les mains qui tenaient les poignets et la jambe de la reine disparurent eux aussi, en revanche, pour leur position... il était trop tard.
A trop jouer, ils s'en sont brulés les ailes.

© 2981 12289 0


• Coming soon •

TEAM:
 

avatar

Items
LV: 1
HP, ATK, DEF:
Items:
Black Flamby
Black Flamby
Voir le profil de l'utilisateur
Ligne directrice : Loyal(Neutre) Mauvais
Messages : 102
GOLD : 12310
Date d'inscription : 18/07/2016
Localisation : The void
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Just one experiment, I swear ! Sam 10 Sep - 16:06
Des pas. Des pas lourds, résonnant dans les longs couloirs du château, qu'il était difficile d'ignorer. Des pas caractéristiques d'une personne imposante, portant une lourde armure, des pas qu'on ne pouvait associer qu'au Roi, étant donné qu'Undyne ne serait nommée à la tête de la Garde Royale que bien après.
Et ces pas lourds se rapprochaient de la pièce où se trouvaient sa femme et son cher ami. Une pièce qu'ils avaient réservé pour une entrevue en privé. Oui, en privé. Alors pourquoi s'apprêtait-il à y entrer ? Tout simplement parcequ'ils en mettaient, du temps. La journée commençait à être déjà bien entamée et Asgore avait terminé de s'occuper de ses fleurs.
Le scientifique ne pouvait pas ainsi monopoliser la Reine de tout un peuple !

Il entra donc.

Ah.. Fluffybuns. Il a toujours eu une "taille" particulière. C'était quelqu'un de très grand, très imposant, qu'on remarquait facilement. Pourtant, bien souvent, il paraissait plus petit qu'il ne l'était: quand il se laissait interpeller par un surnom ridicule en publique, quand il parlait amicalement avec ses sujets ou alors quand il sermonnait gentiment sa femme sur ses mauvaises blagues.
C'était comme ça, Asgore était naturellement bon et cela lui faisait parfois perdre en prestance. Mais cette fois sa gentillesse n'allait pas jouer en faveur du scientifique, car il est bien connu que ce n'est jamais une très bonne idée de se mettre à dos quelqu'un d'excessivement bon.

D'ailleurs, là, là il semblait plus grand qu'à l'accoutumée. Comme si quelque chose autour de lui,  une sorte d'aura le grandissait, le faisait gagner en prestance.. quelque chose de récurrent chez les Boss Monsters ? Il prenait tout à coup la première moitié de la pièce à lui seul. Impressionnant, intimidant.. le Roi de l'Underground dans toute sa splendeur.
Déception ? Incompréhension ? Colère ? Oui, oui, et encore oui..
Alors qu'il dévisageait les deux protagonistes chacun leur tour, un grand silence s'était imposé en ce lieux. Même la musique s'était tut, comme ci le disque venait de comprendre sa place et avait décidé de faire profil bas. C'était typiquement le genre de silence qui survient lorsqu'on est prit sur le fait: il n'y a rien à dire. On n'ose rien dire de peur de faire une gaffe.

D'ailleurs, avant même que l'un d'eux ne put ouvrir la bouche, le Souverain plaça son index devant sa bouche, lentement, sans les lâcher du regard. Personne n'était autorisé à parler. Absolument, personne.
Son regard inquisiteur, bien loin du regard bienveillant qu'il portait au quotidien, se posa en premier lieu sur son meilleur ami, transperçant d'un simple coup d’œil son âme endommagée.


Docteur Wingdings Gaster..

You felt your sins crawling on your back. You feel like you're going to have a bad time.
Oui, clairement, le ton qu'il venait de prendre n'annonçait rien de bon. Il avait toujours été un minimum familier avec le squelette. Après tout, c'était son meilleur ami, un habitué qui venait presque quotidiennement prendre un thé avec lui. Mais là, il avait parlé sèchement. Pendant un instant, le pauvre scientifique aurait même pu croire voir le trident, arme privilégiée du roi, apparaître en rouge. Emplie de DETERMINATION. Mais il n'en était rien. Asgore n'avait pas bougé.

Si je ne vous faisais pas autant confiance, je pourrais presque prendre cette position indécente pour une trahison à mon égard, cher Docteur..
Je pense que cette entrevue n'a que trop duré.. Je vous autorise à prendre congé.


Il fallait qu'il garde son calme, il ne devait pas s'énerver, ça n'était pas décent. Mais pourquoi devait-il l'être, après ce qu'il venait de voir ? Non, il était le Roi, il donnerait l'exemple. Sa colère ne s'extérioriserait pas, elle resterait froide et intérieure.
Il venait de l'"autoriser" à s'en aller.. le bon terme était "ordonner", à n'en pas douter. Son regard se posa à nouveau sur sa femme avant de retourner vers le scientifique. Malgré son ordre, il n'en avait pas terminé avec lui, c'était une évidence pour les trois personnes présentes ici.
Il frappa des mains. Une, deux fois. Toutes les bougies autour d'eux gagnèrent en intensité et celles qui étaient toujours éteintes il y a de cela quelques secondes s'allumèrent. La pièce fut baignée de lumière aveuglante.. comme si le Soleil lui-même s'était invité dans la pièce. Les deux protagonistes étaient encerclés. C'était comme si les flammes, à force de toujours grossir, allaient se déloger pour entourer les deux personnes, et les forcer à pratiquer une nouvelle danse encore plus.. infernale.
Mais encore une fois, il n'en était rien. La pièce était toujours la même.

Vous allez revenir ici, Wingdings. Ce soir. Vous avez gagné une entrevue privée avec moi, durant laquelle vous m'exposerez la raison initiale de votre entrevue avec la Reine et tout ce sur quoi vous avez discuté. Vous l'avez comprit, ce que vous avez pu dire n'aura plus rien de confidentiel.
Cependant.. j'espère qu'avec moi, vous saurez garder vos distances.. hahaha.


Ce n'était pas drôle. Ce n'était d'ailleurs pas un rire joyeux mais un rire jaune. Laugh away the pain, comme on dit. Rire à défaut de crier. Rire alors que l'on est sur le point de mourir, rire alors que l'on s'est prit un coup de couteau venant d'un enfant en qui on avait confiance. C'était la même chose.
Il exigeait de voir le scientifique, sans doute qu'il allait avoir une longue discussion avec lui avant de choisir quelle décision prendre. Sans doute qu'il serait cette fois beaucoup moins compréhensif.

Il fit finalement signe au scientifique de disposer.
Au même moment la bougie la plus proche de lui fut transformée en un tas de cire brûlante, réduite à néant par la flamme qui venait de prendre une taille impressionnante. Maladresse causée par la colère couplée à la puissance du Roi ou menace explicite ? Difficile de le dire.
Le Boss Monster finit par poser son regard oppressant sur sa femme.

Quant à toi Toriel, j'ose espérer que tu n'accueilles pas tous les monstres de cette manière. Quoiqu'il en soit, nous aurons une petite discussion..

Il suivit du regard Gaster qui allait s'en aller mais l'interpella avant qu'il n'atteigne la porte.

Au fait, Docteur. Concernant l'humain qui est tombé. J'aimerais que vous l'examiniez rapidement. Vous savez, tension, température.. ce genre de choses simples. Mon petit Asriel s'est prit d'affection pour lui.. je ne voudrais pas que son futur camarade de jeu ne soit malade à cause de ma négligence.

Un rire. Fort, gras, qui porte et qui résonne dans la pièce. Le bon vieux rire de ce bon vieux Roi. Mais bien entendu, il y avait un sous-texte. En réalité, Asgore venait simplement de confirmer le fait que Gaster ne pourrait jamais faire ses expériences sur cet humain. Il insistait et signait, il remuait le couteau dans la plaie.
Son meilleur ami l'avait déçu une fois de trop.
Il se retourna finalement vers sa femme et posa ses mains sur ses épaules en soupirant longuement. Faisant glisser l'une de ses mains dans son dos, il la fit se tourner vers la sortie.

Rentrons maintenant.. je demande moi aussi une entrevue privée avec la Reine.
Just One Experiment- I swear !.
avatar

Items
LV: 1
HP, ATK, DEF:
Items:
Monstre
Monstre
Voir le profil de l'utilisateur
Ligne directrice : Loyal Bon
Messages : 54
GOLD : 2135
Date d'inscription : 26/08/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Just one experiment, I swear ! Lun 12 Sep - 22:33

Rouge. Les flammes vacillantes. Noir. Les ténèbres déchaînées. Blanc. La reine bravant le diable. Violet. Le fou la faisant déchoir. Un tableau de quatre couleurs intimement imbriquées entre elles, élangées à travers cette danse infernale. Pas de temps pour reprendre son souffle. Il allait la faire suffoquer tant son rythme était extatique. Guidée. Malmenée. Elle ne contrôlait plus rien du tout. Sa bravade avait eu son petit effet mais elle en payait maintenant le prix fort. Folie et colère ne font jamais bon ménage et elle l'apprit à ses dépends.

La déclaration de guerre avait été prononcée et le voilà qui la lui faisait payer. Mais pouvait-elle faire autrement ? Laisser un enfant innocent entre ses griffes ? Quand on voyait de quoi il était capable avec elle. Sa vision était floue tant il la faisait pirouetter, plus aucun repaire sur lequel s'appuyer, elle tanguait dans ce tango ! C'était lui désormais qui la faisait valser. Pauvre petite idiote ! A quoi croyait-elle en s'attaquant à plus sournois que qu'elle ? La chute pour sur ! Mais elle lui avait fait savoir son envie d'en découdre. Elle se battrait même si elle devait tomber.

Tout d'un coup, tout s'arrêta mais elle ne put se rattraper, trop abasourdie par les attaques précédentes. Deux mains apparurent pour emprisonner ses poignets. Il la contraignait ! Le fou ! Allait-il enfin sortir de l'ombre et l'attaquer directement ? La réponse arriva d'elle-même aussi soudainement que violemment. Il la dominait complètement, dans une prison de sensualité. Elle avait peur. Très peur. Là où ses mains passaient, une traînée glacée persistait. Penché sur elle, le squelette profita de la gravité pour l'obliger à rester accrochée à lui, devenant sa bouée de sauvetage dans cette mer de ténèbres, alors qu'il retenait sa cuisse. Quelle ironie qui lui donnait envie de vomir.

Elle le haïssait. Mais elle le craignait aussi. Et cette peur l'empêcha de contre-attaquer. De s’échapper. La musique se mit alors à dérailler. Après les couleurs, voilà que les sons étaient à leur tour distordus, agressifs. Et pour rajouter à cette atmosphère déjà bien oppressante, une nouvelle silhouette se détacha de l'obscurité. Plus nette que la dernière fois. Plus imposante. Plus traumatisante aussi. Le froid qui s'était installé dans tout son être la glaça maintenant. Prisonnière de son propre corps, elle comprit alors la morbide réalité. S'il tombait pour brûler pour l'éternité dans les enfers, il l’emmènerait avec lui par tous les moyens. Son cœur s'arrêta de même que sa respiration. La peur se lisait clairement dans son regard. Elle voyait sa propre mort arriver. La folie du Docteur Gaster allait les engloutir tous les deux.

Elle disparaissait dans les ténèbres alors qu'elle tentait de tendre une main vers une quelconque lueur espoir. Elle ferma les yeux. C'était fini. La reine était tombée. Tout était noir. Son cœur était gelé. Sa peur l'avait vaincue. Les dernières paroles susurrées à son oreille, la paralysait tel un poison. Long live the Queen...



Non !


Elle ouvrit les yeux alors qu'une lueur d'espoir traversa le voile de ses paupières. Un rayon de soleil. Son Soleil. Bien plus éblouissant que les bougies. Plus chaud que ses flammes. L'esprit de Toriel se réchauffait mais son corps refusait de bouger. Elle sentait encore les effets de la morsure glaciale de la menace du squelette. Sa vision était floue mais elle n'en avait pas besoin pour reconnaître celui qui venait de la sauver. Elle était libre, libre de Gaster. Libre de sa folie. Libre de ses ténèbres.  C'était tout ce qui comptait.

La reine était dans un état second. Le regard dans le vide, elle n'arrivait pas vraiment à capter la scène qui se déroulait devant ses yeux. En cet instant, le scientifique paraissait si petit... Lui qui la submergeait tout à l'heure semblait maintenant si minable. Elle aurait bien voulu rire. Mais son corps ne lui répondait pas. Immobile au milieu de la salle. Petite poupée brisée. Le squelette c'était bien amusé avec elle. Il l'avait tellement secouée dans tous les sens qu'il avait réussi à la casser.

La lumière fut...

La reine eu du mal à s'y réhabituer.

Plongée depuis trop longtemps dans les ténèbres de Gaster, elle était heureuse de retrouver la lumière d'Asgore. D'ailleurs le scientifique venait de disparaître non sans un dernier éclat de la part du roi. Cela aurait put être comique si ce dernier ne lui décerna pas un regard qui la brisa définitivement. Maintenant que son esprit était plus éveillé, elle pouvait distinguer la douleur et la déception dans le regard de son mari.

Ce dernier posa ses grandes mains sur elle. Elle se sentait si minuscule en cet instant. Ces mains dans lesquelles elle pouvait se perdre tant sa confiance en elles était absolue, ces mains qu'elle chérissait, elles la menaient à son propre jugement. Mais c'est sans aucune résistance que la petite marionnette malmenée se laissa guider par le Boss Monster. Où allaient-ils ? Elle ne le savait guère et s'en fichait royalement. Tout ce qui comptait en cet instant était qu'elle se cramponnait à l'espoir de trouver un peu de chaleur dans cette main qui la guidait, appuyée contre son dos.

Durant le voyage à travers les couloirs du château, elle gardait son masque de reine, impassible et bienveillant mais à l'intérieur elle était brisée. Ils entrèrent dans une nouvelle pièce. L'audience pouvait commencer...

Les lèvres de Toriel se descellèrent finalement pour ne laisser échapper qu'un murmure. Les larmes manquaient de dévaler. Toute la tension accumulée commençait à disparaître.

« - Asgore... Mon roi... Pardonnez-moi... »
Just One experiment, I swear !.







Badges de la Mamonstre:
 

avatar

Items
LV: 1
HP, ATK, DEF:
Items:
MaMonstre
MaMonstre
Voir le profil de l'utilisateur
Ligne directrice : neutre bon
Messages : 120
GOLD : 9200
Date d'inscription : 12/08/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Just one experiment, I swear ! Mar 13 Sep - 0:12
Just one experiment.
#PLS


Il sentait son âme battre de plus en plus vite au rythme des pas du couloirs. Ils se rapprochaient... non ils s'étaient déjà arrêtés et la poignée abaissée. La porte s'ouvrit dans un grincement alors que le disque fut définitivement enrayé.
C'est la qu'il le vu.
Lui.
Le Roi.
S'il n'aurait pas été un squelette, il aurait déglutit.



Docteur Wingdings Gaster..


You felt your sins crawling on your back.
Ce ton grave. Ces syllabes détachées. Asgore ne lui avait au grand jamais parlé sur ce ton. Même après la polémique qui avait éclaté sur ses expériences ! Non. L'heure était grave. Gaster eut la même réaction qu'un animal apeuré, qu'un chien quand il sait qu'il a fait une bêtise et est prit sur le faite. Il relâcha doucement la reine avant de détourner les yeux du Roi. Oui, fixer un point au sol était bien moins effrayant.
Il était comme une fourmis devant un buffle, David devant Goliath.
You feel like you're going to have a bad time.






Si je ne vous faisais pas autant confiance, je pourrais presque prendre cette position indécente pour une trahison à mon égard, cher Docteur..
Je pense que cette entrevue n'a que trop duré.. Je vous autorise à prendre congé.


Prendre congé ? Oh, il n'avait pas à le lui dire deux fois... Des sueurs froides rampaient le long du crâne du squelette. Il se préparait à partir alors qu'Asgore clappa de ses imposantes mains ce qui eut pour don de le faire sursauter. Il cru un instant que le Roi allait l'attaquer. Mais c'était impossible... ils étaient amis, non ?
Soudain, la flamme de toutes les bougies présentent dans la pièces redoublèrent d'ardeur. Dans un brasier vengeur, le roi avait réussit à faire ce que la reine tentait désespérément. Baigner de pièce la lumière, chasser les ombres. Chasser "l'ombre".
Le squelette plissa les yeux devant tant de luminosité, il n'en avait pas l'habitude, lui qui restait enfermé dans son laboratoire la plupart du temps.
Il avait déçu le Roi.

Mais là n'était pas le temps à la réflexion. Ni de ressasser son erreur encore moins de penser à la honte qui envahit son corps entier. Il voulait partir, sortir de cette pièce. Et les mots du Roi sonnaient comme un ordre. Il n'avait plus rien à faire ici. Le combat était terminé.
Il se dirigea jusqu'à la table, prenant son calepin sous son bras. Non, pour une fois, il n'usait pas de ses mains volantes. Il était bien trop nerveux pour utiliser la magie. La gorge qu'il n'avait point était nouée, il n'arrivait même pas à sortir un 'Oui Sir'. Pff, pathétique.








Vous allez revenir ici, Wingdings. Ce soir. Vous avez gagné une entrevue privée avec moi, durant laquelle vous m'exposerez la raison initiale de votre entrevue avec la Reine et tout ce sur quoi vous avez discuté. Vous l'avez comprit, ce que vous avez pu dire n'aura plus rien de confidentiel.
Cependant.. j'espère qu'avec moi, vous saurez garder vos distances.. hahaha.


☚☝☟☚... un jurons intérieur. Il était très rare que le scientifique en fasse. Lui qui était si... courtois ? Non, mais, il devait bien se l'avouer. Il était dans une merde monstrueuse. Cette petit 'blague' ne le faisait pas rire du tout. Elle sonnait sec, forcée, le ton de son ami était un poignard en pleine colonne vertébrales. Il ne l'avait jamais au grand jamais entendu rire de la sorte.
Ni une, ni deux, à peine eut-il vu le signe de disparaître que le squelette se dirigeait vers la porte de sortit. Son calepin serré fort contre sa cage thoracique. Le crâne quasi rentré dans les omoplates. Tel un animal apeuré, l'ombre de lui-même prenait la fuite. Les ténèbres se retiraient, vaincu encore une fois par la lumière. Loin, loin, mais si proche d'elle. Ils reviendront tôt ou tard.
Et puis. Le dernier coup de grâce donné à cet homme humilié. Un coup qui lui en fit presque perde son calepin dans un petit cri. A son passage et sous le regard accusateur du Roi, l'une des flammes d'une bougie éclata presque dans un incendie meurtrier avant de se taire tout aussitôt, laissant le cadavre blanchâtre de la cire se rependre sur son portoir.
Il le prit clairement comme une menace à son intention.
Non, il ne devait plus s'approchait de la reine.
Plus jamais.




Quant à toi Toriel, j'ose espérer que tu n'accueilles pas tous les monstres de cette manière. Quoiqu'il en soit, nous aurons une petite discussion..


La reine... elle allait certainement en prendre pour son grade aussi. Mais il en était sur, cette vicieuse harpie retournerait les choses à son avantage... tout tournait mal pour lui. Tant de désillusions, de craintes, de peurs. Pourquoi avait-il peur de son ami ? Non, il craignait le Roi. Le monstre qui était en face de lui incarnait à lui seul la puissance de sa race et la volonté de l'Underground. C'était si rare, mais à cet instant... il comprit pourquoi Asgore était le Roi.
Il devrait lui révélé toute son entrevue... bien, il n'avait rien à cacher, presque rien, juste le fait qu'il avait clairement menacé la reine. Mais ils ne jouaient plus un petit jeu 'bonne enfant' comme il le faisait avec elle. Il sentait que cette fois... son vieille ami ne serait plus si clément avec lui.







Au fait, Docteur. Concernant l'humain qui est tombé. J'aimerais que vous l'examiniez rapidement. Vous savez, tension, température.. ce genre de choses simples. Mon petit Asriel s'est prit d'affection pour lui.. je ne voudrais pas que son futur camarade de jeu ne soit malade à cause de ma négligence.


Le docteur baissa un peu plus la tête. Il aurait l'enfant, il s'en était fait le serment... ça allait juste être... un peu plus difficile que prévu. Bon Dieu, il avait réussit, il l'avait battue, elle, la Reine. Si le Roi était entré quelques minutes plus tard...
Son plan aurait réussit.
Mais il trouverait quelque chose. Il a toujours des plans. Toujours. Il aura ce qu'il veut.
Les ombres n'avaient pas dit leur derniers mots.



[...]



Le bruit des porte de son sasse. Le froid mordant du laboratoire. Ses ténèbres. Le regard sombre, Wingdings s'avance, chacun de ses pas résonnent, lentement, autant de cris que ces murs ont contenus. Il se dirige vers cet ascenseur, ouvrant les portes. Il n'y a personne. Il n'y a plus personne. Ce laboratoire est terriblement vide, mort. C'est dans ses moments qu'il... regretterait parfois la disparition de ses assistants.
Il actionna l’ascenseur, direction les sous-sols. Sont vrai laboratoire. Celui où sont cachés ses pires crimes et ses expériences illégales. Il cru un instant sentir cet ascenseur s'effondrer sous ses pieds. Mais il se rendit compte que c'était ses jambes qui l'avaient lâchés. Ses os des genoux en avaient presque cliqueté de peurs alors qu'il repensait à la scène.

Lui dans les bras de la reine, la faisant virevolté, son regard plus que terrorisé. Ses doigts tremblants entre les siens. Une horreur. Et lui, il souriait, se délectait de la scène s'imaginant torturer et expérimenter sur un humain, un enfant innocent. Menaçant la reine du royaume, se jouant d'elle d'une manière des plus outrageante qui soit.
Il passa sa main squelettique sur son crane, parcourant la fissure de celui-ci.



What's wrong with me ?!


Il serra les dents jusqu'à ce que ses molaires grincent. Quel culot il avait eut. Il avait dépassé les bornes cette fois. Depuis la fissure de son âme, il... non, il n'était pas différent. Et ce n'était pas non plus cette expérience qui l'avait entrainé dans un chemin sans retour.
L’ascenseur s'arrêta. Il prit une inspiration, se relevant. Quel être pathétique il faisait, assit par terre comme cela. Ce n'était pas à la hauteur du scientifique royal ! Il fit des complaintes de ses créations qui étaient punis depuis ce matin. Qu'elles restent enfermés au travers de ce champ de force ! Elles l'avaient bien mérités. Jouer avec un tronçonneuse... casser son matériel... quelles stupides créatures. Dire qu'il leur avait acheté des vêtements à force de 'réclamations'. Il les avait même laisser se nommer tel de vrais monstres... pff. Il n'aurait jamais dû considéré le fait de p...
Il avait besoin de repos, mais surtout de calme pour réfléchir et faire le point. Son laboratoire était son élément, une partie de lui-même. A vrai dire, il sentait qu'il allait céder à tout instant.

Il arrêta les aération du laboratoire avant de s'enfermer dans son 'vrai' bureau. Claquant la porte comme jamais. Une rage folle le prit alors. Lui qui contenait toujours, toujours, toujours, il avait finit par craquer à fore de faire le yoyo émotionnellement. Passant de la joie intense à l'annonce d'un humain au désespoir, la honte, la déception face au choix du Roi. Il avait PERDU l'enfant. Il ne POURRAIT PAS expérimenter dessus. Il avait tout bonnement des envies de meurtre !
D'un revers de la main, il balaya le contenu de son bureau violemment, poussant presque un cri de rage. Et il n'avait pas trouvé de mieux pour se défouler que de faire tirer un blaster contre le mur. Aussi longtemps que sa réserve de magie le lui permettrait. Évidemment, le mur résisterait, le laboratoire était une extension du Core et son alias était le même. Le crâne monstrueux continuait de maintenir son rayon, encore, encore, encore. Il commençait à se fissurer de part en part au fur et à mesure que le scientifique s’essoufflait. Les blasters nécessitaient beaucoup d'énergie, c'était parfait pour calmer ses ardeurs. Mais ça ne lui suffirait pas. Oh que non, il en voulait plus, il avait besoin d'extérioriser cette frustration.
Et il avait les cobayes parfaits pour cela.

Alors comme ça Toriel voulait sauver cette enfant ? La jeune chèvre en condamnerait deux à la place. Il se rendit dans la sale de l'EXTRACTOR MACHINE. Préparant son matériel, seul. Comme il l'a toujours été en réalité. Cette source d'énergie étaient convertie à l'état liquide, il en prit quelques flacons ainsi qu'une seringue direction la table de billard.
Aujourd’hui, il augmenterait la dose.
Des mains magiques ne cessaient d'écrire sur son calepin, des notes, des notes, toutes en Wingdings. L'une des mains arracha l'un des brouilles pour le froisser et jeter la boule de papier dans les méandres du gouffre de la machine.

Il se déplaça jusque dans la cellule de l'un des deux, désactivant le mécanisme. Il ne posa pas même un regard pour savoir lequel des deux il avait choisit. Un main magique attrapa par l'humérus l'enfant sous les yeux de son frère, tandis que Gaster reprenait sa route vers la 'salle' faisant fit des cris et des complaintes de la créatures qui ne comprenait pas le pourquoi du comment.
Il le sangla jusqu'à lui couper le souffle, n'acceptant aucune résistance ni protestation verbale. La perceuse et les aiguilles seront son exutoire.

Darker, darker, yet darker.
The Darkness keep growing inside me.




Yes. You should be scared of me.


Aujourd'hui. Docteur Wingdings avait tout perdu.
Ses espoirs, un potentiel sujet de test son humanité monstruosité, sa réputation, un ami.
Il devait rédiger tout un nouveau protocole, un plan avant ce soir. Car ce soir, il n'entendrait pas sonner le glas de la défaite.

© 2981 12289 0


• Coming soon •

TEAM:
 

avatar

Items
LV: 1
HP, ATK, DEF:
Items:
Black Flamby
Black Flamby
Voir le profil de l'utilisateur
Ligne directrice : Loyal(Neutre) Mauvais
Messages : 102
GOLD : 12310
Date d'inscription : 18/07/2016
Localisation : The void
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Just one experiment, I swear ! Jeu 22 Sep - 23:04


Asgore avait suivi du regard le Scientifique Royal s'en aller. Vous vous dîtes qu'il avait peut-être été trop dur avec lui ? Non, pas au vu des circonstances mais de toute façon, il était trop en colère pour avoir des remords. Peut-être plus tard. Il mit donc ses mains sur les épaules de Toriel.
Au départ, le Roi voulait s'entretenir avec sa femme chez eux, dans leur maison à New Home. Mais, même aussi blessé qu'il l'était en cet instant, il sentait sa femme troublée.. des remords, peut-être ? Il décida donc de changer le lieu de cette "réunion".
Un couloir, à droite, puis à gauche. Le château était plutôt grand quand on prenait le temps de tout explorer.. mais bien entendu, le Boss Monster le connaissait comme sa poche. Quelques saluts courtois à ses sujets ci et là et ils entrèrent tous les deux dans une nouvelle pièce.

Assez petite, elle disposait de plusieurs sièges et fauteuils.. une salle de repos. Avec son vitrail, la pièce était baignée de lumière.. c'était comme si les ténèbres se refusaient à de nouveau s'approcher de la Reine, maintenant qu'Asgore était là.

Il la regardait. Il la sondait, avec le même regard dur qu'il avait lors de ces colères, infiniment rares. Mais le silence régna pendant encore quelques secondes.. jusqu'à ce que sa femme ouvre la bouche. Une phrase, basse, hésitante.. des remords, sans doute.

« - Asgore... Mon roi... Pardonnez-moi... » 


Le Boss Monster avait beau se triturer les ménages, réfléchir encore et encore, il ne comprenait pas comment une telle chose avait pu arriver dans son dos.
Sa femme et son meilleur ami.. cet entretien privé..
Croyaient-ils qu'il ne verrait rien ? Gaster le croyait-il trop doux pour voir quoi que ce soit ? Oui, c'était peut-être ça. Peut-être était-il trop bon ?
Le Roi se sentait encore trahi.

Et si.. Et si tous les monstres pensaient comme Gaster ? Et si tout le monde le prenait par un Roi misérable, sorte de marionette contrôlée par sa femme ? Peut-être que d'autre tenteraient de profiter de sa gentillesse ?
Peut-être devait-il être plus sévère.. ?

Non, non, non. Rien que d'y penser, il avait mal. Oui, Asgore était bon, mais il ne pourrait pas changer cela. Son peuple était important pour lui.. peut-être se laissait-il seulement emporter ?
Il aimait son meilleur ami.

Et Toriel.. avec son fils Asriel, ils étaient toute sa vie, réellement. Ils lui apportaient une joie immense au quotidien, ils étaient sa lumière..
Le Roi soupira longuement.

Toriel.. je t'aime, plus que tout. Et au nom de cet amour pour toi, je suis prêt à ne pas croire mes yeux pour te faire aveuglément confiance.. pour le moment. Dis-moi donc que ce n'est pas ce que je crois.. raconte-moi cette audience.

Sa voix était redevenue douce et réconfortante.. il s'efforçait d'effacer cette agressivité dont il avait fait preuve envers Gaster. Mais ses yeux, eux, n'avaient pas changé: colère, tristesse et déception..

Nic.. Cloudy day today.
avatar

Items
LV: 1
HP, ATK, DEF:
Items:
Monstre
Monstre
Voir le profil de l'utilisateur
Ligne directrice : Loyal Bon
Messages : 54
GOLD : 2135
Date d'inscription : 26/08/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Just one experiment, I swear ! Sam 24 Sep - 23:15


C'était si dur. Les yeux de son mari... C'était si dur de le regarder en face. Cette tristesse, cette trahison. Elle en était la cause. Face à cette sombre réalité son cœur se serra. A cause de son incompétence, le roi était tout autant perdu qu'elle. Toriel avait royalement foiré sur ce coup. Elle était pourtant persuadé qu'elle aurait pu gérer Gaster. Le remettre à sa place. Mais il c'était avéré bien plus retord qu'elle ne l'avait espéré. Au final c'était elle qui était tombé entre ses griffes et vivrait avec une épée de Damoclès sur sa tête.

« - Asgore... Je... »

Elle voulait lui dire les intentions du scientifique. Dépeindre son vrai visage. L'avertir de la dangerosité du personnage. Le Gaster qu'ils avaient connus auparavant n'existait plus, remplacé par ce démon ! Cet être qui allait hanter ses peurs désormais...

Mais un démon faisait aisément moins peur avec un bout de tête en moins. Quel était le prix pour la trahison déjà ? Ah oui. La mort. Savoir qu'il serait lié à un fil, ne pouvant plus leur faire de mal la soulageait. Que ce soit la corde de la potence ou une laisse mise par le roi pour le surveiller lui importait peu, tant qu'il ne pourrait plus jamais nuire. A eux : Asriel, l'enfant humain et les deux petits squelettes.

Cette idée la réconfortait. Une simple vérité dévoilée et ils seraient tous délivrés. Ses lèvres s'ouvrirent, tremblantes. Bientôt ils seraient libérés...

Mais aucun son n'en sorti. La gorge se serrait. La famille royale était hors de danger pour le moment. C'était un fait. Mais... Les deux petits êtres prisonniers de Gaster. Livrés à lui alors qu'il venait de perdre face au couple royal. Alors qu'il devait être aisément rongé par la colère. Que pouvait-il bien leur faire en ce moment. Dans son laboratoire où les ténèbres étaient reines alors qu'elle, elle était baignée dans la lumière protectrice. Ce n'était pas à elle d'être ici ! Non ! Les deux petits le méritaient plus qu'elle. C'était elle qui devait être enfermée dans ce sombre bâtiment à leur place. Elle qui devait subir ce qu'ils enduraient pour son incompétence.

Elle senti ses péchés ramper le long de son dos.

Il avait été bien assez imaginatif quand il c'était emporté et le mettre en colère était la chose la moins intelligente à faire. L'image des crânes géants lui revinrent en mémoire et un frisson la parcourra. Il fallait calmer le jeu ou tout ceci finirait mal. D'autant plus  qu'Asgore était quelqu'un de doux et savoir que son meilleur ami était une monstruosité risquait fort de lui briser le cœur. Non. Pour le bien de tous, la reine devait protéger son ennemi. Ce combat, c'était à elle seule de le mener. Dans l'ombre de son roi. Elle allait embrassé les ténèbres et devenir la méchante de l'histoire.

« - Asgore... Moi roi... Pardonnez-moi... Je... Je n'ai pas su les protéger... »

Son cœur lui faisait mal et sa gorge se serra mais elle continua. Son masque se recomposa petit à petit sur son visage. La comédienne entrait en action pour une nouvelle représentation.

Que le spectacle continue !

« - J'ai été imprudente... Trop présomptueuse même. A trop vouloir surprotéger l'enfant humain, j'ai accusé votre meilleur ami, l'ai malmené, énervé et il c'est vengé. Il ne vous a pas trahi mon roi... je suis l'unique fautive de ce quiproquo... »


Elle baissa alors la tête mais il ne lui était pas difficile de simuler la honte qu'elle ressentait en cet instant. Les larmes menaçaient de s'écouler mais elle tint bon. Elle prit l'une des grandes pattes de son mari et la déposa sur sa poitrine, là où tambourinait son cœur craintif.

« - Si vous devez avoir confiance en quelque chose mon roi... Ce sont bien aux palpitations de mon cœur. Il ne bat que pour vous. »

Elle ferma les yeux. sa peur était toujours présente mais au moins cette fois elle parlait avec son cœur, ses paroles étaient vraies.

« - Sachez toutefois que si vous deviez ne pas me croire et m'en vouloir pour cela... alors j'accepterais votre colère sans sourciller... »
Just One experiment, I swear !.







Badges de la Mamonstre:
 

avatar

Items
LV: 1
HP, ATK, DEF:
Items:
MaMonstre
MaMonstre
Voir le profil de l'utilisateur
Ligne directrice : neutre bon
Messages : 120
GOLD : 9200
Date d'inscription : 12/08/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Just one experiment, I swear ! Sam 1 Oct - 16:54


Ils étaient maintenant installés, seuls tous les deux dans cette pièce. Ils s'étaient pressés pour trouver une salle libre et cela aurait presque pu passer pour un rendez-vous entre mari et femme, entre deux obligations de Souverains. Mais non, clairement, il n'en était rien. L'ambiance était tendue, loin d'être propice à quelques roucoulements romantiques. D'ailleurs, Asgore avait tant bien que mal voulu réconforter sa femme en reprenant sa voix douce et sympathique, mais il avait bien vu que cela n'avait eu aucun effet.. la colère se lisait-elle encore dans ses yeux ?

Finalement, après plusieurs minutes d'un silence plus que dérangeant, où tous deux s'étaient à nouveau perdus dans les méandres de leurs pensées, Toriel se décida à parler, toujours visiblement hésitante cependant.

« - Asgore... Moi roi... Pardonnez-moi... Je... Je n'ai pas su les protéger... »

Les protéger ? De qui pouvait-elle bien parler.. ? Elle avait eu une entrevue avec Gaster.. le sujet principal était-il l'enfant humain récemment tombé ? Après tout, Asgore lui avait déjà refusé son étude par le scientifique..
Il ne dit aucun mot et écouta calmement.

« - J'ai été imprudente... Trop présomptueuse même. A trop vouloir surprotéger l'enfant humain, j'ai accusé votre meilleur ami, l'ai malmené, énervé et il c'est vengé. Il ne vous a pas trahi mon roi... je suis l'unique fautive de ce quiproquo... »

Sa femme baissa la tête sur ces mots.. alors, oui, leur entrevue était bel et bien en lien avec l'enfant humain. Gaster pensait-il obtenir une autorisation en passant par Toriel ? Car c'était bel et bien lui qui avait demandé cette entrevue. Ainsi, il pensait pouvoir contourner les décisions du Roi en passant par la Reine.. le Boss Monster en prenait bonne note mais n'ouvrit toujours pas la bouche.

D'ailleurs, elle parlait de vengeance. Insinuait-elle que Gaster avait provoqué ce quiproquo pour faire perdre sa contenance à la Reine devant lui ? Et même si c'était le cas, on n'approchait pas la Souveraine avec tant de familiarité pour si peu ! Les deux personnes étaient collés l'une à l'autre lorsqu'il était entré !
Et puis.. Gaster avait eu l'air aussi surprit que lui lorsque le Boss Monster était entré. Clairement, il ne s'attendait pas à sa venue. Alors.. Toriel mentait-elle ? Tout l'indiquait.
Il avait du mal à croire à tout cela. Certes, le Roi pouvait gober beaucoup de choses facilement mais là, sa curiosité était piquée. Là, il était redevenu le Souverain, et non plus le gentil Asgore.. cela allait être difficile de lui faire avaler tout ça.

« - Si vous devez avoir confiance en quelque chose mon roi... Ce sont bien aux palpitations de mon cœur. Il ne bat que pour vous. »

Étrangement, le Boss Monster voulut la croire à cet instant. Ces paroles-ci ne semblaient pas mensongères ou vicieuses.. mais vraies. Comme si elle venait enfin de parler avec son cœur.. elles réussirent à le réconforter.
Asgore soupira longuement et se leva avant de ramener Toriel vers lui, la serrant contre lui dans une douce étreinte.

Toriel.. je veux bien croire que tu n'aies rien fait avec Gaster relevant de la trahison. Tu m'as convaincu.

... Cependant..


Ce n'était pas terminé. Il y avait toujours deux-trois choses à clarifier. Il allait demander quelques précisions à sa compagne et ensuite, il allait recouper ces informations avec celles que son ami lui donnerait afin d'avoir une vision plus globale de toute cette histoire.

Je comprend aussi que tu aies eu des doutes envers Gaster après ses actes sur les prisonniers. Mais il est le Scientifique Royal. Il jouit d'une position importante dans l'Underground et des accusations aussi graves auraient dû m'être rapportées. Tu aurais dû me confier tes doutes envers lui.

Bien entendu, Toriel était la Reine. Mais Gaster était important pour beaucoup de monstres, et ses travaux l'étaient tout autant. C'était une personnalité connue de tous et il valait mieux prendre des pincettes dans ces cas là, surtout avec de telles accusations sans apport de preuves ! Il reprit.

De plus, tu as dit qu'il avait cherché à se venger. Voulais-tu dire par là qu'il a provoqué ce quiproquo pour que je vous surprenne.. ?

C'était le point principal qu'il voulait clarifier. L'information sur laquelle il avait tiqué et qu'il n'arrivait pas à croire..
A cet instant on pourrait croire sa colère apaisée.. cependant il n'en était rien ! Il préférait seulement réfléchir plus posément, mais la colère était toujours là.. plus froide cependant.

Toriel devrait tenir bon si elle voulait duper le Roi.. le spectacle n'était pas terminé.
Just one experiment, I swear !


Spoiler:
 
Plans of what our futures hold,
Foolish lies of growing old
It seems we're so invicible..
... the truth is so cold
avatar

Items
LV: 1
HP, ATK, DEF:
Items:
Monstre
Monstre
Voir le profil de l'utilisateur
Ligne directrice : Loyal Bon
Messages : 54
GOLD : 2135
Date d'inscription : 26/08/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Just one experiment, I swear ! Mer 5 Oct - 18:24

« - Il ne voulait pas vous blesser mon roi, juste m'effrayer... »

S’entêta tout simplement la reine. L'étreinte de son roi la réchauffait, elle aurait tellement voulu rester ainsi pour toujours. Loin de ses soucis. Loin de ses mensonges. Profiter tout simplement de ce geste simple mais pourtant oh combien réconfortant. Se dire que le plus dur était derrière elle, qu'elle pouvait avancer de l'avant dorénavant. Mais si elle faisait ça, elle se mentirait à elle tout simplement.

Mais qu'est-ce que ça lui ferait ? Après tout, elle avait pavé ce jour de mensonges. Pathétique. Elle jouait aux inquisitrices mais n'était même pas capable d'être elle-même honnête. Devait-elle brûler en enfer pour cela ? Sûrement.

Mais pour le moment, elle savoura le rapprochement avec son mari. Les yeux clos. Humant cette odeur si familière. La reine baissa sa garde.

« - Vous êtes trop bon Asgore... »

Elle regretta ses paroles aussi vite qu'elles c'étaient échappées de sa bouche. Elle ne voulait pas lui cracher sa faiblesse au visage mais c'était sorti si soudainement. De tout l'Underground, ce pauvre monstre était le plus gentil et manipulé un cœur aussi bon était une chose relativement aisée. Elle était sure qu'il accepterait de se faire piétiner dessus si cela pouvait apporter du soulagement à son peuple. Mais elle ne voulait pas le perdre. Oh que non ! C'était à elle de le protéger. Il dictait et elle exécuterait dans son l'ombre. Elle serait son ombre. C'était elle qui devait avoir les mains tachées par la poussière, pas lui.

« - C'est une chose d'autant plus grave qu'il est votre ami, mon roi. Je voulais vérifier mes craintes avant d'oser porter de telles accusations à son encontre. Nous avons tous le droit à une seconde chance... »

Ces paroles étaient là encore sincères. Mélanger le faux du vrai pour pouvoir faire passer la pilule. Mais là le roi était encore sur ses gardes. Cherchant à démêler le mensonge de la vérité et Toriel devait redoubler d'effort pour protéger Gaster. Comme il aurait été plus simple de le jeter en pâture au roi, le voir payer pour ses crimes... mais cela anéantirait le roi.

« - …et je ne voulais pas précipiter mon jugement. Cette entrevue était une chance de pouvoir calmer mes craintes mais j'ai été quelque peu hâtive et l'ai accusé trop précipitamment. »

Elle ne pouvait pas le regarder dans les yeux. Si elle le faisait, elle ne pourrait pas lui cacher plus longtemps la vérité.  

« - Il n'a pas provoqué ce malentendu, il en est la victime tout autant que moi. Ses intentions étaient de me faire peur. Je... Je l'ai cherché après tout. Je l'ai accusé à tort mais la sûreté du petit humain prévalait avant tout. »

Elle s'éloigna alors doucement de l'étreinte. S'y attarder était une grossière erreur. Elle n'en avait pas le droit. N'en avant plus le droit. Elle venait de franchir le point de non retour.
Just One experiment, I swear !.







Badges de la Mamonstre:
 

avatar

Items
LV: 1
HP, ATK, DEF:
Items:
MaMonstre
MaMonstre
Voir le profil de l'utilisateur
Ligne directrice : neutre bon
Messages : 120
GOLD : 9200
Date d'inscription : 12/08/2016
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Just one experiment, I swear !
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
[FLASHBACK] Just one experiment, I swear !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undertale : Soul :: Act :: New Home :: Château royal-
Sauter vers: